Nous connaissions le Nissan X-Trail comme un petit 4×4 orienté tout chemin. Depuis son renouvellement l’an passé, il se veut plus SUV, plus urbain, plus polyvalent. Pour cela, Nissan lui offre le rôle précédemment assuré par le Qashqai +2. Gros Crossover ou petit SUV 7 places, c’est selon.

Le tour du proprio

Esthétiquement parlant c’est le grand chamboulement. Le 4×4 aux côtes plutôt carrées se modernise carrément et reprend les codes de son petit frère le Qashqai. Plus tendues, plongeantes, c’est plus actuel dira-t-on. Quand on n’a pas le compas dans l’œil, il est d’ailleurs très compliqué de les différencier de l’avant tant ils sont proches esthétiquement. Le X-Trail prend cependant le large dans sa partie arrière et en termes de dimensions. Il mesure 26cm de plus que le Qashqai en longueur, 2 de plus en largeur et 10cm supplémentaires en hauteur. Ça lui permet de disposer d’une banquette coulissante sur 26cm (tiens tiens …) et une troisième rangée en option (800€) afin d’accueillir 7 personnes.

_DSC0280

A l’intérieur, de nets progrès sont faits. Ce nouveau X-Trail reçoit la planche de bord du Qashqai. Ici aussi, ça se modernise beaucoup. Les plastiques se moussent un peu plus même si certains restent durs et pas très flatteurs. La finition est honorable et les assemblages sont corrects. Cependant, je m’interroge sur leur durée dans le temps. Le gros avantage de ce X-Trail, c’est son volume de chargement qui peut varier de 550/600L en 5 places suivant la position de la banquette (135L en 7 places) à 1980L (1880 en 7 places) une fois celle-ci rabattue. Enorme. L’équipement de notre finition Tekna est quant à lui complet : GPS, aide au parking, au maintien dans la file, reconnaissance des panneaux etc … J’ai tout de même passé 3 jours à pester contre la caméra de recul, la faute à sa définition d’un autre temps et son inclinaison mal fichue. Les sièges sont de bonne facture mais la position de conduite fait trop camionnette à mon goût. On est assis trop haut et le volant est trop incliné. Les passagers arrières seront plus gâtés avec beaucoup d’espace aux jambes et une assise rehaussée.

_DSC0135

Sur la route/piste

Le X-Trail, équipé des jantes 19 pouces et bien pourvu comme sur notre version Tekna, n’est pas léger. Comptez 1650kg avec vous dedans. Le seul moteur diesel disponible est le 1.6L DCI 130ch. Si ses 320Nm de couple réussissent sans mal à déplacer l’engin en ville, les 130ch ne sont pas de trop dans le roulant. Rugueux en bas, le DCI se rattrape un peu dans les tours et son côté volontaire sauve la mise. On va dire que ce n’est pas un modèle d’agrément.

_DSC0201

En passant de 4×4 « franchisseur » à mini SUV, le X-Trail gagne un châssis basé sur son petit frère Qashqai. Les liaisons au sol plus modernes lui offrent une tenue de route tout à fait correcte et le roulis, bien que très présent, est maîtrisé tant que l’on n’en fait pas trop. Maniable en ville, il se montre également très stable sur route et autoroute. Ce n’est pas un sportif mais dans son registre, le bilan est bon.

_DSC0192

L’avantage, c’est que sa garde au sol de 21cm lui permet de crapahuter sur piste et en dehors des sentiers battus. Certes, il a quelque peu perdu de ses capacités de franchissement sur l’autel de la polyvalence mais il peut aller taquiner de l’ornière et du chemin escarpé sans arrière pensée.

_DSC0085

Le système 4×4 enclenchable permet de rouler en 4×2 sur la route pour réduire la conso et d’enclencher le « pont arrière » en cas de difficulté. La priorité est toujours pour les roues avant mais l’appui des roues arrière est d’une grande aide dans les chemins boueux, montés d’argile et autres petits bourbiers. La boîte est bien étagée et réussit à faire le pont (jeu de mot ramucho) honorablement entre l’utilisation routière et offroad. Les 320Nm sont bien encaissés. Une fois revenus sur la route, vous repassez en 4×2 et le tour est joué !

_DSC0057

Bilan

Le design est réussi, quoi que trop calé sur le Qashqai à mon sens (normal, il remplace le +2) et l’aspect pratique est indéniable. Modularité, espace de chargement, option 7 places, hayon électrique, tout y est. De plus, les capacités de l’engin à s’évader ne sont pas amputées avec son orientation plus civilisée. Un engin sympa pour l’aventurier des villes qui souhaite de temps en temps prendre la clé des champs ou des sommets. Les tarifs débutent à 25.300€ et à 36.400€, notre version d’essai très bien équipée fait même preuve d’un rapport prix/prestations intéressant. Dommage que le 1.6L DCI soit aussi rugueux et sans âme.

La Passion :

  • Polyvalence
  • Equipement
  • Espace de chargement

La Raison :

  • DCI rugueux et sans âme
  • Position de conduite
  • Camera de recul

FICHE TECHNIQUE

Dimensions (Longueur/Largeur/hauteur) : 4,65 m / 1,82 m / 1,71 m

Moteurs : 4 cylindres en ligne turbo diesel, transversal 1598 cm3

Puissance maxi : 130ch à 4 000 tr/min

Couple Maxi : 320 Nm à 1 750 tr/min

Transmission : 4×4 enclenchable, boîte mécanique 6 rapports.

Poids à vide (Constructeur) : 1 670kg

Rapport poids/puissance : 12,84 kg/ch

Vitesse maxi : 186 km/h

0 à 100 km/h : 11 s

Conso mixte : Annoncé 5,3 litres/100 km (6,9L sur 4 jours)

CO2 (g/Km) : 139

Roues : 225/55/19

Coffre : de 550 à 1982L

Tarif : A partir de 25.130 € (Modèle essayé : 36.600€)

PHOTOS

[cq_vc_gallery images= »11312,11314,11315,11313,11316,11311,11310,11308,11306,11309,11307,11305,11294,11295,11296,11297,11298,11299,11300,11301,11302,11303,11304,11317″ onclick= »link_image » custom_links_target= »_self » itemwidth= »235″ offset= »4″ outeroffset= »0″ minwidth= »240″]

 

Photos : Dominique Baker

0