Le Hyundai Tucson de 2e génération est apparu en 2015 et a instauré la nouvelle identité visuelle de la marque qui est notamment reprise sur la nouvelle I30 présentée il y a peu.

Notre modèle d’essai est équipé d’un 4 cylindres essence de 1,6l, accouplé à une boite double embrayage 7 rapports (DCT7), développant 177ch et 265 Nm de couple. Les 1550 kg sont ainsi propulsés de 0 à 100 en 8,9s. Il en impose mais reste d’un gabarit contenu de part sa longueur de 4,47m et sa largeur de 1,85m, il propose un habitacle accueillant (empattement 2,67m) et un coffre de 488 à 1503L suffisant pour une famille de 4 personnes. D’ailleurs ce dernier propose un mode d’ouverture original et plus pratique qu’avec le fameux « coup de pied sous le pare-choc », il suffit juste de se présenter quelques secondes à l’arrière du Tucson avec la clé en poche et il s’ouvre comme par magie sans faire le moindre gestes.

Ce  Tucson en finition executive (37400€) est richement doté avec entre autre les sièges électriques en cuir (chauffants et ventilés), volant chauffant, climatisation bi-zone, écran 8″ avec info-divertissement, caméra de recul avec avertisseurs avant/arrière, jantes 19″ (245/45), toit ouvrant panoramique entre autres choses. Vous n’aurez pas un catalogue d’options énormes avec seulement le Safety Pack (990€) et par coquetterie la peinture métallisée (600€), ce qui vous fait un SUV bien pourvu à 38990€.

D’ailleurs on s’y sent bien à son bord, assise confortable, repose coude de la portière moelleux, accoudoir et console centrale à la bonne hauteur, ce qui permet de pouvoir enquiller les kilomètres sereinement. La direction douce et précise ainsi que la boîte DCT 7 participe au plaisir de conduite. Si l’envie d’une belle accélération vous prend, il sera vous satisfaire avec le mode « SPORT » qui permet de belles montés en régime et accessoirement de faire ronronner le 4 cylindres à la sonorité manquant de noblesse mais loin d’être désagréable. Et chose rare pour être notifiée, en cas de crevaison pas de kit de réparation ou autre galette disgracieuse mais une belle roue avec pneu et jante similaire à la monte d’origine.

Revers de la médaille, qui dit confort dit suspensions souples donc même sans tomber dans les extrêmes, il y a du roulis et choses moins sympathiques concernant les sièges qui manquent de maintient, par conséquent on a une tendance à glisser littéralement sur celui à chaque prises d’appuis. Dommage le caractère joueur du Tucson perd de sa saveur en courbes donc on lui préférera le billard autoroutier aux nationales sinueuses. Autres détails (sans gravité) les vitres électriques sont seulement à impulsion coté conducteur mais pas coté passager avant, c’est une broutille mais cela à son utilité tout de même. Il manque aussi une prise électrique ou allume cigare à l’arrière pour permettre la recharge d’appareils électroniques des passagers installés, sur les longs trajets ça peut faire la différence mais heureusement pour y palier il y  a deux prises à l’avant et une dans le coffre (au plus court et en fonction de la longueur du câble que vous aurez). Ils auront néanmoins  le bonheur de profité de la climatisation et des sièges chauffants sans oublier la place aux jambes qui facilite le voyage.

Dans l’ensemble ce Tucson a fait le job tout au long des 900 kms parcourus, pas de réels griefs à lui faire et à son bord nous étions bien. La consommation relevée est de 9,3L/100kms en mixte (loin des 7.1L/100kms annoncé) mais une descente à 8,3L/100kms sur voies rapides pour un réservoir de 62L. Pour 38990€, les prestations sont convaincantes et même en propose plus que ses concurrents directs avec tous ses équipements de série. Seul le coup de massue du malus fait mal et en dissuadera plus d’un de passer à l’achat avec ses 176gr on culmine à 6053€ donc autant dire une belle somme. C’est regrettable car il a des qualités intrinsèques et bénéficie de la garantie de 5 ans proposée par Hyundai mais dans un pays autophobe et roi des taxes, l’essence n’a que peu de perspective d’avenir hormis avec des cylindrés « riquiqui » turbo-compressées à outrance.

LA CONFIG DU BILLET

cela serait un Tucson finition executive (37400€), la peinture métallisée Ruby Wine (600€) et le Safety Pack (990€). configurez le votre ici

LES PHOTOS

LA VIDEO


1