ESSAI Infiniti Q60 S

Après avoir laissé de bons souvenirs avec la G37, Infiniti renouvelle sa gamme de coupé premium en présentant la Q60. Nous avons prendre en main la version S entre la vallée de la Chevreuse et le Vexin : des routes idéales pour un coupé à vocation GT.

Elle fait dans l’feutré

La Q60S est doté d’un V6 biturbo de 405 chevaux et 485 Nm de couple lui permettant des performances très plaisante à la conduite. Les premiers tours de roues furent la sortie de Paris. Le coupé nous donne la sensation de rouler en hybride ! Une insonorisation extrêmement léchée, une boite automatique très douce… Un véritable havre de paix !

De plus, amateurs de musique que nous sommes, nous avons décidé de tester le système audio du véhicule signé Bose… un vrai régal pour les oreilles : les basses sont très équilibrées et les medium/aigües sont très bien travaillés.

Une fois arrivés sur voie rapide, une sensation de lenteur troublante apparait. En effet, même en position la plus basse, le siège conducteur laisse l’occupant trop haut dans la voiture. Ceci associé à l’insonorisation, une vitesse de 130 km/h pourrait s’apparenter à un petit 110… plutôt dangereux pour le permis de conduire !

Enfin les petites routes sinueuses s’ouvrent à nous. L’occasion de reconnaitre l’excellent travail des ingénieurs japonais concernant le châssis de la Q60S. Malgré le poids pachydermique de 1900 kg, on ressent une très bonne rigidité de caisse. Ceci accouplé à une suspension adaptative offrant un tangage et un roulis très limité. Le point noir reste cette direction électronique nommée DAS (Direct Adaptative Steering). Pour une conduite en douceur, elle ne pose aucuns soucis puisqu’elle filtre parfaitement les imperfections de la route. Cela est dû à l’absence totale de liaison mécanique entre le volant et les roues… Sauf en cas de mal fonctionnement de l’électronique. Auquel cas une crémaillère débrayable prend le relais.

En revanche, en conduite dynamique, cette direction devient un défaut majeur car elle ne laisse remonter aucune information… Cela est très gênant pour connaitre réellement les limites du véhicule ! On n’ose pas vraiment attaquer par peur de se retrouver surpris par la voiture. La boite de vitesse automatique à 7 rapports répond correctement aux attentes en utilisation dynamique malgré sa longueur entre certains rapports, fort heureusement rattrapé par le couple du moteur présent à tous les régimes.

Par ailleurs, le freinage, bien que très efficace, serait presque difficile à doser. Le début de course ne provoque rien mais le reste n’est que très peu progressif. L’heure de manger a sonné. L’occasion de déguster notre repas tout en contemplant les lignes du Coupé Nippon. Affirmées, personnelles et bien proportionnées, une réussite.

Une belle différence

Une chose est sûre, on ne peut pas lui reprocher sa sobriété contrairement aux allemandes. Nous retrouvons ici un design très expressif, presque sensuel, sans tomber dans l’excès affirmé par la Lexus RC-F. Ce paragraphe est très subjectif mais nous avons été totalement séduits par ses optiques, sa calandre, sa ligne athlétique. Une réelle alternative aux Audi A5, BMW Série 4 et Mercedes Classe C coupé qui paraitraient presque fade à côté de la Q60S.

La palette de couleur proposée est assez originale. Vous pouvez l’habiller d’un simple noir à un rouge très équilibré voir un bleu clair unique en son genre ! Avant de reprendre la route, nous décidons de scruter l’intérieur. On peut tout d’abord admirer l’évolution qu’ont apportée les japonais sur la qualité des matériaux et la qualité perçue !

L’intérieur est dans la continuité de l’extérieur : on retrouve de l’originalité, tout particulièrement sur la console centrale habillée d’une imitation carbone aux reflets violets extrêmement plaisant au regard. Les panneaux sont bien ajustés et très peu de plastiques font tâche hormis le cache de colonne de direction qui sonne très creux ! Un bémol toutefois sur le système d’info divertissement : on y trouve deux écrans aux fonctions bien distinctes : Le GPS ce situant en haut et l’écran Multimédia au centre.

On y remarque une différence de conception flagrante. Le GPS daterait de l’antiquité… l’affichage est digne d’une Nintendo 64 en plus de ne pas être clair sur les informations. En revanche l’écran central est moderne et très ergonomique. Il regroupe toutes les informations indispensables à la conduite et au confort.

Très (trop) techno ?

La technologie est au cœur de cette voiture. On y retrouve des aides à la conduite dernier cri comme le régulateur adaptatif, l’alerte et le correcteur de franchissement de ligne, le freinage d’urgence automatique… Cette voiture ne peut qu’inspirer la confiance ! C’est d’ailleurs une qualité qui se transformerait presque en défaut pour nous … A vouloir trop jouer la confiance, la Q60S déçoit par ses prestations trop feutrées. Que ce soit la sonorité, la direction, les accélérations… On remarque bien qu’Infiniti souhaite viser une clientèle plus sage, à la recherche du confort absolu et d’une grande sécurité. Belle, suréquipée, plutôt concurrentielle niveau tarifs avec un ticket d’entrée à 44.390€ pour le 4 cylindres de 211ch et 56.950€ pour notre version S V6 405ch Sport. Même avec un malus de 10.000€, elle reste bien placée. D’autant plus que la consommation est restée raisonnable malgré notre pied lourd avec un joli 11.5l aux 100. Pour 405ch et 1900 kg, respect.

FICHE TECHNIQUE

Dimensions (Longueur/Largeur/hauteur) : 4,69 m / 2,05 m / 1,40 m

Moteurs : 6 cylindres en V turbo essence, 2 997 cm3

Puissance maxi : 405 ch à 6 500 tr/min

Couple Maxi : 475 Nm à 1 600 tr/min

Transmission : Intégrale, boîte auto 7 rapports

Poids à vide (Constructeur) : 1 890 kg

Rapport poids/puissance : 4,66 kg/ch

Vitesse maxi : 250 km/h

0 à 100 km/h : 5s

Conso mixte : Annoncé 9,4 litres/100 km (11,4l sur sur la journée en roulant fort)

CO2 (g/Km) : 210

Roues AV : 245/40/19

Roues AR : 245/40/19

Freins AV : Disques ventilés

Freins AR :  Disques ventilés

Coffre :  342 L

Tarif : A partir de 44.390€ (Model essayé 56.950€)

LA CONFIG' DU BILLET AUTO

On a évidemment choisi notre Q60 S toutes options car nous n’avions pas beaucoup de choix. Au final, notre Q60 S V6 405ch (what else) sera une version Sport Tech (63.450€) avec une peinture Hagane Blue (+1.000€) et un intérieur cuir noir avec plaquages « carbone ». Comme la finition Sport Tech est ultra complète, aucune option n’est disponible (ni nécessaire). Prix total (hors malus) 64.450€ …

VIDEO

PHOTOS

1
La note de la Q60 S
LookFinitionRapport prix/prestations
Moteur trop timideDirection EletroniqueTrop feutrée
4.1L'alternative ?
Style
Habitacle
Moteur
Comportement
Avis des lecteurs 0 Avis