Essai Peugeot 3008 II 

Pour sa deuxième génération, Peugeot a totalement repensé son 3008. Exit le Crossover maladroit, bonjour le SUV assumé et emprunt de personnalité.

Le tour du proprio

Une carrure de SUV qui commence par une calandre bien verticale entourée de feux en forme de griffe, bien dessinés et justement proportionnés. Les larges ouvertures et entrés d’air offrent à cette face avant un côté agressif qui lui va bien. De profil, les 4,45m de long et la haute garde au sol donnent un côté trapu au 3008. La custode arrière noire donne au pavillon un aspect flottant et n’est pas sans rappeler un certain Range Rover voire une BMW i3. A l’arrière, on retrouve la signature « griffée » au niveau des feux, bien affirmés, qui entourent un bandeau noir qui donne de l’allure à l’auto. C’est à mon sens très réussi et le physique lourd et pataud de l’ancienne version n’est qu’un lointain souvenir.

peugeot-3008-ii-3

Des épaules, une carrure, il est esthétiquement réussi ce 3008

A l’intérieur, l’habitacle parait « funky » avec cette planche de bord singeant la vague et des courbes partout. Les détails sont bien pensés et l’originalité se mêle à une certaine « germanisation » de certains éléments. L’assemblage, la qualité des plastiques, des tissus et du bois sont surprenants. Le iCockpit est toujours présent et se montre ici dans une toute nouvelle version avec un combiné 100% digital. Les graphismes des différents « layouts » sont géniaux et dans le combiné, aucun lag n’est présent, contrairement à l’écran central regroupant les différentes fonctions de l’auto, très lent et pas du tout ergonomique. Heureusement, des touches « piano » de toute beauté s’occupent des raccourcis les plus fréquents. Prometteur tout ça ! Si seulement le haut du petit volant ne venait pas me cacher une bonne partie de ce iCockpit …

peugeot-3008-ii-13

Un habitacle bien pensé et bien fini, dommage qu’il y ait un poil trop d’imperfections

Les sièges sont géniaux, aussi confortables que beaux. Ces semi-baquets offrent un maintient quasi parfait et un très bon confort. Ils peuvent même être massants. Une fois installé, c’est le moment de voir ce qu’elle vaut sur la route.

peugeot-3008-ii-7

Ces sièges sont un régal, et que dire du mélange cuir/alcantara

Sur la route

Disponible en essence 130 et 165ch et en diesel de 120 à 180ch, j’ai pu prendre en main le BlueHDI 180ch en boîte auto EAT6 et le PureTech 130ch boîte mécanique. Le BlueHDI 180ch se montre volontaire et ses 400Nm disponibles à 2000 tr/min le propulsent vaillamment mais malheureusement la terrible boîte auto EAT6 et son vilain convertisseur de couple pédalent dans la semoule et mangent au passage une grosse poignée de chevaux. Le 3 cylindres essence 1.2l PureTech et ses 130ch m’auront plus convaincu en boîte manuelle malgré un manque de couple en bas, notamment grâce à une belle allonge et à un poids raisonné sur le train avant.

peugeot-3008-ii-23

Un châssis à la hauteur pour un comportement exemplaire

Niveau tenue de route, c’est du (très) bon. On le sait, Peugeot sais faire des châssis et ce 3008 ne fait pas exception. Le train avant est précis, incisif et communicatif tandis que le roulis est bien limité. Les infos remontent bien dans le petit volant et on se surprend à faire bouger ce 3008 de façon bien dynamique. Si c’était moi, je mettrai un moulin bien plus expressif que les poumons écologiques que le constructeur de Sochaux propose dans ce 3008. N’espérez d’ailleurs pas de version GTI, il n’y en aura pas. Une version GT avec l’essence de 205ch de la 308 ? Peut-Être et croyez moi, j’aimerais beaucoup voir ça.

peugeot-3008-ii-20

Les collines de Toscane lui vont à ravir 😉

Bilan

Esthétiquement réussi, intérieurement surprenant et dynamiquement plaisant, cette nouvelle mouture du 3008 enterre la concurrence française et s’attaque aux allemands et aux espagnols (qui à dit Ateca ?). A partir de 25.900€, il faudra cependant mettre entre 30 et 35.000€ pour avoir une auto décemment équipé et il ne sera pas rare de voir des versions à 45.000€ comme notre GT BlueHDI 180 du jour avec ses jantes 19″ et sa coupe franche qui lui va à ravir.

FICHE TECHNIQUE

Dimensions (Longueur/Largeur/hauteur) : 4,45 m / 1,84 m / 1,62 m

Moteurs : 4 cylindres en ligne turbo diesel 1 997 cm3

Puissance maxi : 180 ch à 3 750 tr/min

Couple Maxi : 400 Nm à 2 000 tr/min

Transmission : Traction, boîte auto 6 rapports

Poids à vide (Constructeur) : 1 465 kg

Rapport poids/puissance : 8,13 kg/ch

Vitesse maxi : 207 km/h

0 à 100 km/h : 8,9s

Conso mixte : Annoncé 4,8 litres/100 km

CO2 (g/Km) : 124

Roues AV : 235/50/19 (Modèle d’essai GT Line)

Roues AR : 235/50/19

Coffre : de 520 à 1482 L

Tarif :  à partir de 25.900€ (Modèle d’essai environ 46.000€)

LA CONFIG' DU BILLET AUTO

On prendrait notre Peugeot 3008 en finition GT Line avec le BlueHDI 150 en boîte manuelle (36.950€). Extérieurement, on opterait pour le Gris Amazonite / Coupe Franche (800€) et les jantes 19″ « Washington » (410€). A l’intérieur, on partirait sur une sellerie cuir Nappa « Mistral » (2500€), le toit ouvrant panoramique (1400€) et le système audio Focal (850€). Au total, notre 3008 serait affiché à 43.550€ …

 

Configurez votre Peugeot 3008 ICI

VIDEOS

PHOTOS

0
La notre du 3008
DesignHabitacle sympaComportement
Moteurs limitésBoîte EAT6Petit volant
70%La surprise
Style80%
Habitacle75%
Moteur(s)50%
Comportement75%
Avis des lecteurs 20 Avis
48%