ESSAI SEAT ATECA : Patience récompensée ?

En voilà un qui aura pris son temps ! Alors que la plupart des constructeurs comptent plusieurs SUV dans leur gamme, Seat s’apprête seulement à lancer son premier modèle du genre. Mais il paraît que patience est mère de sûreté, alors l’Ateca a-t-il les arguments pour tenir la dragée haute aux ténors de la catégorie ? C’est ce que nous avons voulu voir, dans sa ville natale, à Barcelone.

Le tour du proprio

Nissan Qashqai, Renault Kadjar, Peugeot 3008, Volkswagen Tiguan, Hyundai Tucson… inutile de rappeler que le segment des SUV compacts compte déjà bon nombre de représentants. Et comme il ne s’agit pas pour Seat de réinventer la roue, il n’est pas surprenant de constater que l’Ateca possède un design classique. Des sabots de boucliers chromés aux protections en plastiques noires, en passant par la garde au sol surélevée (19 cm) et une silhouette trapue : pas de doute, tous les codes de la catégorie sont là.

seat-ateca-36Mais il n’empêche que l’Ateca a voulu ajouter à cette recette des éléments du style Seat. Il emprunte donc aux Ibiza et Léon le design « X-Shape », qui se traduit par des lignes de capot en « rapport » avec celles du bouclier ainsi que des phares (qui sont en Full-LED dès le deuxième niveau de finition – sur trois) et des feux proches dans leur forme de ceux des modèles précités. Christian Felske, responsable du design extérieur, affirme avoir suivi trois mots-clés : « tensional », « sculptural » et « characterful ».

Dans les faits, il apparaît que le Seat Ateca a une belle gueule, même dans la livrée gris alu de notre modèle d’essai. Il a un côté robuste et rassurant, renforcé par des lignes et des plis de carrosserie marqués. Pour plus de gaité, l’espagnol peut se revêtir d’une teinte Orange Samoa (reprise de l’Audi Q3), qu’on a déjà vue sur les photos officielles.

Avec ses 4,36 m de long, il est plus court de 7 cm par rapport à un Renault Kadjar, et il rend même 12 centimètres à son cousin, le Volkswagen Tiguan. Sa hauteur s’élève à 1,61 m, et sa largeur à 1,84 m. Et pourtant, à l’intérieur, il offre une belle habitabilité ! Le volume du coffre par exemple s’étend de 510 l (en version 2 roues motrices. Version 4 roues motrices : 485 l) à 1604 l (4×4 : 1579 l) sièges rabattus. C’est mieux qu’un Kadjar (472 l / 1478 l), ou qu’un Qashqai deux centimètres plus long (430 l avant avoir rabattu les sièges, mais il se rattrape après : 1598 l).

seat-ateca-2Il convient également de constater qu’un adulte de plus d’1,80 m pourra se mettre à l’aise à l’arrière, les espaces accordés aux coudes, aux jambes et à la tête étant généreux.                                                        Au rayon des points faibles, il est cependant à noter que la banquette, une fois rabattue (selon un schéma classique 2/3 – 1/3, par le biais d’un bouton poussoir sur les sièges, ou alors en accédant au coffre) n’offre pas un plancher plat. Puis il faudra composer dans l’habitacle avec une ambiance bien terne, et une planche de bord très proche de celle de la Léon, qui date tout de même de 2012. On se consolera avec l’ergonomie sans faille, le soin tout… allemand (n’oublions pas que Seat appartient à VAG) apporté à la qualité des assemblages et des matériaux et la présence d’un lecteur/chargeur CD, pour les allergiques à la musique téléchargée.

Puisque l’on parle de musique téléchargée et de chargeur CD, c’est l’occasion d’évoquer les équipements proposés sur l’Ateca. Trois niveaux de finition sont au programme (Référence, Style et X-cellence). La première finition met en avant des jantes 16 pouces, la clim’ manuelle ou encore un écran de 5 pouces et le freinage automatique d’urgence.

Le niveau « Style » est largement plus intéressant : jantes de 17 pouces, écran tactile 8 pouces, phares Full-LED, régulateur de vitesse, radar de stationnement arrière et caméra de recul sont notamment de la partie.

seat-ateca-44La finition Xcellence est quant à elle plus cossue dans sa présentation : jantes de 18 pouces, montants noir laqué, sellerie alcantara/tissu, toit ouvrant panoramique, hayon électrique ou encore chargeur de téléphone et sélecteur de mode de conduite.

En option, l’Ateca peut disposer du système front assist (pour contrôler les distances sur autoroute), d’un assistant de sortie de stationnement arrière, du park assist ou encore du traffic jam assist pour éviter à son conducteur la galère des bouchons : autant dire que le SUV Seat peut être très bien pourvu. En tout cas, c’est dans sa version haut de gamme X-cellence que nous l’avons testé, et il est temps maintenant de voir ce qu’il vaut sur la route.

seat-ateca-39Sur la route

Avant de commencer, on relèvera que la gamme des motorisations est articulée comme suit : 1.0 TSI 115 ch, 1.4 TSI 150 ch, 1.4 TSI 150 ch & boîte robotisée DSG et 1.4 TSI 150 ch 4 roues motrices en essence, puis 1.6 TDI 115 ch, 2.0 TDI 150 ch, 2.0 TDI 150 ch DSG, 2.0 TDI 150 ch 4×4, 2.0 TDI 190 ch DSG 4×4 en diesel. Sur les neuf configurations possibles, seules trois sont en 4 roues motrices : un choix assumé par Seat puisque la plupart des SUV compacts vendus sur le marché français sont des tractions.

Le fait qu’il y ait plus de diesels est aussi revendiqué, car 86% du parc des SUV compacts est « dieselisé ». Or, nous, on a essayé l’Ateca dans sa livrée essence la plus puissante, à savoir avec le bloc 1.4 TSI 150 ch BVM6, en version 2 roues motrices. Il faut noter néanmoins que sur les 300 et quelques pré-commandes enregistrées par la firme espagnole, presque une centaine correspond à des Ateca essences. Le choix de cette motorisation pour notre essai n’est donc pas inadapté, d’autant que la majorité des Léon, à titre de comparaison, sont achetées en France avec des moteurs de 150 ch.

seat-ateca-15Le contexte étant maintenant posé, on va pouvoir démarrer. Après quelques minutes au volant, on constate rapidement que l’embrayage, ne nécessite pas de gros efforts. On se réjouit aussi du guidage offert par la boîte manuelle à 6 rapports, et de la précision de la direction. C’est d’autant plus agréable que l’Ateca maîtrise son poids (1349 kg). Néanmoins, les relances un peu faibles sous les 2000 trs / min (couple : 250 Nm) viennent un peu entacher le tableau (mais l’Ateca « accélère très bien » ensuite). Ca, plus la fermeté des suspensions qui ne vous épargnera pas en milieu urbain lorsque vous roulerez sur des dos d’âne (notre modèle disposait de jantes de 18 pouces. La monte la plus grande proposée est de 19).

Cela étant, la fermeté des suspensions n’a rien d’excessif non plus, et s’accommode bien au final avec la commande de boîte ferme et la direction précise évoquées plus haut, d’autant que le roulis est géré efficacement en virage. Dommage que les pneumatiques Falken de « notre » Ateca crissaient un peu en passage de virage justement, sans avoir été brutal au volant. Autre point noir, plus étonnant : un jonc en plastique imitation chromé vient « entourer » le levier de vitesse en sa base, comme sur la plupart des voitures de la production actuelle. Or, sur l’Ateca, ce plastique a tendance à briller fortement avec le soleil… à confirmer (ou pas).

seat-ateca-14Côté consommations, l’Ateca TSI 150 est affiché pour des rejets de CO2 de 125 g / km (zone neutre). Seat annonce ensuite une consommation mixte de 5,4 l / 100 km. Sur notre parcours, très complet (ville et les bouchons de Barcelone, nationales et routes de campagne/montagne et autoroutes) nous avons noté une conso de 7,5 l. Il convient de souligner que le 1.4 TSI 150 du groupe VAG (présent depuis 2012 et l’arrivée de la Volkswagen Golf 7e génération) a la faculté de pouvoir désactiver deux de ses cylindres (sur 4) lorsque vous avez le pied léger, ce qui joue positivement sur la consommation. Ce n’est pas perceptible au volant, ni même à l’oreille : seul un tour dans l’ordinateur de bord vous précisera que vous êtes en mode 2 ou 4 cylindres.

seat-ateca-8Bilan

Un design plutôt sympa, un intérieur disposant d’une belle habitabilité et une conduite agréable : l’Ateca ne rate pas le coche. Son bon niveau d’équipements vient nous conforter dans cette idée, tout comme ses tarifs : ils débutent à 21.990 € en essence, et 25.300 € en diesel. En Le Nissan Qashqai, pour comparer, commence à 22.250 € en essence et 24.750 en diesel. Il est à noter que le japonais propose son bloc 1.2 115 ch avec plusieurs niveaux de finition, là où le Seat n’est disponible en 1.0 TSI 115 ch qu’avec la finition Référence.

Les prix grimpent à 31.590 € en essence (Ateca 1.4 TSI 150 ch 4×4 BVM6 Xcellence) et à 37.515 € en diesel (Ateca 2.0 TDI 190 ch DSG 4×4 Xcellence). Notre configuration, hors options, vaut 29.290 €.

Pas de doute que bien qu’arrivé en dernier, l’Ateca devrait réussir à trouver sa place. Clairement, il a les arguments pour en tout cas !

FICHE TECHNIQUE

Dimensions (Longueur/Largeur/hauteur) : 4,36 m / 1,84 m / 1,61 m

Moteurs : 4 cylindres essence / turbo / 1395 cm3

Puissance maxi : 150 ch à 5000 tr/min

Couple Maxi : 250 Nm à 1 500 tr/min

Transmission : Traction, boîte manuelle à 6 rapports.

Poids à vide (Constructeur) : 1349 kg

Vitesse maxi : 201 km/h

0 à 100 km/h : 10,3 s

Conso mixte : Annoncé 5,4 litres/100 km (7,5 l en mixte sur une demi-journée)

CO2 (g/Km) : 125

Roues : 18 pouces

Coffre : de 510 à 1604 l

Tarif : A partir de 21990 € (modèle essayé : 29 290 € hors options)

LA CONFIG' DU BILLET AUTO

Le moteur 1.4 TSI 150 ch, avec la boîte méca, nous a bien plu malgré ses petits défauts. Alors on reste sur cette config’ (toujours en finition X-Cellence), mais on choisit plutôt le Orange Samoa en coloris extérieur, pour plus de « punch », les autres jantes de 18 pouces et l’intérieur cuir marron. En option, on verrait bien le park assist et le traffic jam assist. Je vous laisse faire un tour sur le configurateur espagnol, le configurateur français n’étant pas encore disponible :

PHOTOS

1