essai skoda superb tsi 280

Essai de la Skoda Superb dans sa motorisation la plus sportive, le 4 cylindres 2,0L TSI de 280ch, que je voulais tester depuis un bon moment.

Tout le monde connaît la Skoda Superb, plus principalement avec les motorisations diesel, mais beaucoup moins avec son 4 cylindres essence de 280 ch qui déploie un couple de 350 Nm (dés 1700 tr/min) et boucle le 0 à 100 en 5,8s. Plutôt pas mal pour une berline de 4m86 et 1615 kg. Ce TSI succède à l’ancien V6 3,6L de 260 ch. Disponible uniquement en 4 roues motrices, boîte DSG 6 rapports et en finition Laurin & Klement, elle présente plutôt bien dans sa robe bleu Pacific, contrastant avec son intérieur cuir beige et les jantes 19″ modèle Phoenix (en option).

Au volant c’est un régal, une pression sur l’accélérateur et la voiture part immédiatement en vous collant au siège. Je peux vous assurer que c’est appréciable quand il s’agit de doubler ou de s’insérer sur une voie rapide. Skoda a même eu le bon goût d’ajouter le « Launch Control » qui peut paraître gadget dans ce genre de véhicule mais tellement jouissif en réalité.

La finition au poil (au niveau de VW). Mise à part les « célèbres » plastiques durs en partie basse (on les oublis vite), le tout se révèle très qualitatif, on se croirait même dans le segment  « luxe premium ». Pour le confort des passagers, hormis le moelleux des sièges, mon modèle avait la suspension pilotée (pour moi gadget et source à ennuis en vieillissant) qui est surprenante et au final me paraît indispensable (attention c’est une option) tellement ça transfigure le véhicule. Du mode confort (pompeux à souhait) au mode sport (ferme mais pas trop), il y a un éventail de réglages possibles en fonctions de la route et de son envie du moment.

C’est une voiture vraiment attachante et j’aurais bien voulu la garder plus qu’un simple week-end. Ce jouet pour adulte ne va pas réjouir votre banquier car elle s’échange contre un chèque de 46750€ (sans options) sans oublier un malus  (163gr = 3290€). Le pompiste risque aussi de vous voir souvent avec un petit 10l/100 kms (lors de mon essai sur tout types de routes).

Pour conclure oui elle est pas donnée, l’image de Skoda (en France) n’étant pas considérée comme une marque premium (même si la frontière est mince avec la Superb). Mettre autant d’argent dans une voiture « venant de l’Est » peut paraître une aberration mais personnellement je signe direct car vous aurez le luxe sans l’ostentation qui va avec. Ensuite la conso peut faire sourire mais au final 10l/100 pour les prestations données c’est « peanuts » avec son réservoir de 66l, l’odb me donnait 700 kms à 130 sur l’autoroute donc pas si indécent que ça. Pour ceux comme moi qui aiment les  modèles sportifs, notamment les berlines, je trouve que c’est un bon commencement et pourquoi pas évoluer avec plus puissant par la suite. En Skoda qui se respecte, cette Superb TS 280 se pose en sérieuse concurrente niveau rapport prix/prestations.

LA CONFIG DU BILLET

On partirait sur une Superb Combi  finition Laurin & Klement avec le moteur de notre essai le 2.0L TSI 280 ch(47850€), en bleu lave (600€), avec intérieur cuir beige, avec les jantes Phoenix 19″ (450€), le KESSY démarage sans clé ( 290€) le volant chauffant avec les palettes (230€), le pack techno (750€). configurez la votre ici

LES PHOTOS

LA VIDEO


3