ESSAI Volkswagen Touareg V6 TDI R-Line

Le Touareg prend de l’âge et sa deuxième génération a été restylée en 2014. Le grand SUV VW dispose-t-il encore des armes pour contrer les cadors de la catégorie ? On a vécu quelques jours avec pour le vérifier.

Le tour du proprio

Dans quelques mois, le Volkswagen Touareg soufflera ses 15 bougies. Sa deuxième génération, apparue en 2010  et restylée fin 2014 offre à mon sens un look encore plus réussi. Les codes Volkswagen sont évidents et la carrure imposante du SUV est renforcée par les larges épaules et les grosses jantes de 21″ de notre modèle R-Line. La version 2.1 offre des traits (très) légèrement plus tirés, une nouvelle signature lumineuse et des feux revus. S’il ne crève pas l’écran, il brille par son élégant classicisme.

Les restylage est typique de VW : Léger mais dans le bon sens

A l’intérieur, le Touareg trahi sa conception datée de part quelques textures d’une autre époque bien que hautement qualitatives, un dessin et une « interface » qui commencent à vieillir. En effet, le système multimédia n’est plus tout jeune et ses graphismes ainsi que sa réactivité ne sont plus à jour. Question ergonomie, comme tout système tactile, il oblige à trop quitter la route des yeux. Les habitués de VW n’auront aucun mal à l’utiliser mais les novices auront besoin d’un certain temps d’adaptation. La finition est elle à citer en exemple. Les matériaux sont de qualité et les ajustement ne souffrent aucunement la critique. L’épaisse sellerie cuir du « Pack intérieur R-Line » dégage un réel sentiment haut de gamme.

L’agencement et certains matériaux vieillissent mais le sentiment de qualité est toujours là

Autre point fort du Touareg, son habitabilité. Avec 4,80m de long et 1,94m de large on en attendait pas moins mais j’avoue avoir été bluffé par la largeur aux coudes et l’impression d’espace dégagé par cet habitacle largement vitré et baigné de lumière par le toit ouvrant panoramique. La position de conduite est impeccable et la visibilité périphérique parfaite. On se sent bien. Le bémol : le coffre. 580 litres en 5 places et 1642 litres banquette rabattue, c’est très bien mais moins que la concurrence. 

Le sentiment d’espace est réel, encore plus avec le toit panoramique

Sur la route

Le V8 TDI de 340ch ayant été sacrifié sur l’autel des « écolos en hélico », le Touareg ne dispose plus que d’un seul moteur. L’excellent V6 TDI est disponible en deux versions : 204 et 262ch. C’est ce dernier que nous avons choisi. Ses 580Nm de couple disponibles à 1750 tr/min n’ont aucun mal à déplacer les 2,3 tonnes de l’engin de manière dynamique. Les accélérations sont très bonnes, le 0 à 100 est plié en 7,3s et le Touareg pointe à 225 km/h. En cela, le 3 litres est superbement secondé par la boîte Tiptronic 8 rapport (la fameuse ZF). Douce, rapide, parfaitement gérée, cette unité est la perfection incarnée dans ce type de véhicule. Elle embarque également le mode « roue libre » lorsque le conducteur lève le pied. Un bon point pour la conso. La souplesse de l’ensemble moteur/boîte justifie à elle seule l’investissement.

Puissant, coupleux, confortable et moins de 9,5l aux 100 …

En ville, le Touareg se montre agile compte tenu de son gabarit, qu’il cache bien grâce à une direction bien démultipliée et légère. Attention tout de même dans les passages très étroits car avec les rétros, il faut compter un petit 2,2m de large. La pêche du V6 et les 4 roues motrices permanentes n’ont aucun mal à le jeter devant les autres au feu.

Il est à l’aise en ville mais son truc, c’est les grands espaces

Sur voie rapide, l’insonorisation fait des merveilles. Les bruits de roulement sont super bien filtrés (on roule pourtant sur du 275/40/21) et quelque soit l’allure, les bruits aéro sont aux abonnés absents. Le silence reigne est la sérénité et le maître mot sur les longues portions d’autoroute. Curiser en toute tranquillité c’est son truc. La suspension filtre également tout ce qui passe et ménage vos lombaires bien installés dans les sièges beaucoup plus confortables qu’il n’y paraît.

Les kilomètres défilent par centaines au volant du Touareg

Sorti des grands axes, le Touareg est plutôt à l’aise sur le réseau secondaire … à condition que ce soit droit. Dès que les longues courbes avalées sans soucis se resserrent ça se complique. Même la suspension pneumatique passée en mode Sport préserve le confort et autorise trop de roulis. L’absence d’infos dans la direction et le centre de gravité assez haut ne mettent pas non plus en confiance pour attaquer. Il n’est pas dangereux le Touareg, juste pas réglé pour le sport. Ça penche et ça élargie mais pour en arriver là, il faudra rentrer vite, très vite. En ligne droite, c’est stable, planté et confort.

Les jantes de 21″ de cette version R-Line ne sont pas de trop pour remplir les arches de roues

Un des plus gros atouts du Touareg, c’est ses capacités sorti des sentiers battus. Le mode offroad enclenché, la suspension relevée au max passe de 205 à 300mm (!!). En plus de préserver le confort sur les chemins, le SUV accepte sans soucis de s’aventurer dans l’escarpé. Le franchissement ne lui fait pas peur et il peut sans problème rivaliser avec les cadors comme le Range Rover ou le XC90.

Si vous le décidez, le Touareg prendra n’importe quelle pose

« Ça fait bizarre de vraiment monter en voiture »

[Sylvie, impressionnée par la hauteur du bébé en mode offroad]

Bilan

Toujours plaisant esthétiquement, intérieurement vieillissant mais agréable, ultra confortable et bien équipé, le Touareg ne fait pas son âge et met en avant des atouts digne des meilleurs grand rouleurs. Son confort, l’onctuosité de son V6 et sa polyvalence m’auront apporté une expérience haut de gamme. Il reste donc pour moi un des SUV les plus attractifs du marché, d’autant plus qu’à partir de 55.700€ (en version de base avec le V6 204ch) le Touareg est bien placé ! Notre version V6 TDI 262ch R-Line super optionnée approchait elle les 85.000€.

FICHE TECHNIQUE TOUAREG V6 TDI 262

Dimensions (Longueur/Largeur/hauteur) : 4,80 m /1.94 m / 1.73 m

Moteurs : 6 cylindres en V turbo diesel 2 967 cm3

Puissance maxi : 262 ch à 3 800 tr/min

Couple Maxi : 580 Nm à 1 750 tr/min

Transmission : Intégrale, boîte auto 8 rapports

Poids à vide (Constructeur) : 2 185 kg

Rapport poids/puissance : 8,33 kg/ch

Vitesse maxi : 225 km/h

0 à 100 km/h : 7,3s

Conso mixte : Annoncé 6,6 litres/100 km (9,5 litres environ pour notre essai)

CO2 (g/Km) : 180

Roues AV : 275/45/20 (Modèle d’essai 275/40/21)

Roues AR : 275/45/20 (Modèle d’essai 275/40/21)

Coffre : De 580 à 1642 L

Tarif : A partir de 55.750 € (modèle essayé environ 85.000€)

LA CONFIG' DU BILLET AUTO

Pour notre Touareg, on a choisi le V6 TDI 262ch en finition R-Line. On a cependant opté pour le Bleu Moonlight nacré (1.195€). Les jantes sont les mêmes que sur notre modèle d’essai, en l’occurence les « Mallory » en 21″ (1.105€). On a choisi également la sellerie « brun » (inclus dans la finition). Niveau options, on a opté pour les airbags latéraux arrière (385 €), la Suspension pneumatique dynamique avec correcteur automatique d’assiette (3.605€), le Dynamic Light Assist (515€), le toit ouvrant (1.945€), le « area view » avec caméra de recul (935€) et 2 ou 3 autres babioles pour un total de 82.065€

VIDEOS

PHOTOS

0
La note du Touareg
ConfortV6 onctueuxPolyvalence
Agencement intérieur datéInfotainement légèrement en retardCertaines options mesquines
4.0Un Daily au top 😉
Style
Habitacle
Moteur
Comportement
Avis des lecteurs 0 Avis