C’est heure du renouveau pour Volvo. La marque nous avait fait rêver avec les Concepts Coupé, Estate et XC coupé. Voici maintenant l’application de série. Le pionnier de cette nouvelle gamme n’est autre que le nouveau XC90, que nous avons pu essayer entre Nantes et Lorient, en marge de la Volvo Ocean Race. 

Elégant et statutaire

Lancée en 2002, la première génération de XC90 ne me plaisait pas des masses. Apparemment, beaucoup d’autres n’étaient pas de mon avis car plus de 630 000 exemplaires s’en sont écoulés. Lors de sa présentation, j’ai tout de suite adhéré au design de cette nouvelle mouture du SUV Suédois. On sent l’inspiration directe des derniers concepts de la marque. Voici donc la nouvelle ligne stylistique Volvo et ce n’est pas pour me déplaire ! Plus long de 14cm, large de 3cm et plus bas de 1cm, cette nouvelle itération se veut plus massive, trapue et imposante (elle perd pourtant 125 kg). Pari réussi, il a une gueule d’enfer. Les feux diurnes en forme de « marteau de Thor » lui donnent une allure qui va de paire avec son gabarit tandis qu’à l’arrière, les feux longeant les montants – signature de la marque – jouent plus dans la finesse. Au programme, selon les versions et finitions, les jantes iront du 19” (mais nous n’en verrons pas beaucoup) au 22”.

 _DSC0706

Bo(eau)Concept

Si j’ose le jeu de mot cavalier en référence au fabriquant de meubles Danois, c’est parce que la première réflexion qui me vient en tête quand je grimpe dans ce gigantesque habitacle est « ce n’est pas du Ikéa là dedans ». En effet, en plus du design que je qualifierai de carrément beau, la qualité de finition est au rendez-vous. Assemblages, matériaux, ergonomie, tout semble être pensé pour votre plaisir. Au premier abord, pas grand chose à envier aux allemands. A voir maintenant comment ça se traduira dans le temps. La marque à donc tenu son pari à l’intérieur également : offrir une qualité de finition et un design au top, tout en se démarquant des teutons. Ce n’est pas le petit drapeau suédois cousu dans le passe-poils des sièges qui me fera mentir. En parlant des sièges, je les trouve un peu trop moelleux mais très confortables, en plus d’être beaux. Devant moi, la planche de bord, son combiné d’instrumentation LCD et le centre GPS/Multimédia en position « portrait ». La gestion du système prendra quelques temps à assimiler mais on a vu bien plus compliqué. A l’utilisation c’est plutôt facile, et le tactile réagit très bien, bon point. En revanche, le GPS est à revoir complètement à mon sens. Il manque cruellement d’information et les cartes paraissent vides. Il se montre également assez lent par moments. L’auto étant connectée ce sera, je l’espère, réglé lors d’une éventuelle mise à jour. Car oui, l’auto est « connectée ». De plus, l’écran type tablette offrira les fonctionnalités CarPlay et Androïd Auto. Mais le point d’orgue de ce XC90, c’est sa sono optionnelle (3400€) de chez Bowers & Wilkins. 19hp, 1400W et une restitution exceptionnelle, en toute honnêteté une option INDISPENSABLE !

_DSC0670

En avant

Disponible uniquement avec les nouveaux 4 cylindres de la marque, le Volvo XC90 offrira 2 diesels, 1 essence et 1 hybride essence/électrique. 190ch (D4) ou 225ch (D5) en diesel, 320ch en essence (T6) et le fameux T8 qui associera la motorisation du T6 à un groupe électrique pour offrir 407ch et 640Nm. Pas mal ! Pour nos amis écolos (ou experts au gouvernement), la version T8 est annoncée pour 2,1L/100km et ne rejette que 49g de CO2 par km (Bonus de 4000€). Il est également éligible en flotte et exonéré de TVS à vie.

Notre modèle d’essai est mû par le diesel D5 de 225ch et 470Nm. A l’utilisation, ce moteur est très discret en évolution lente, un peu plus sonore sur la route quand on appuie. La puissance n’est pas de trop pour déplacer les 2 tonnes et quelques du bestiau avec nous dedans et globalement on aimerait bien disposer d’une louchée de couple supplémentaire. Le confort est quant à lui royal. Les aspérités sont totalement gommées en mode confort et l’impression de survoler la route est réelle. Et puis quelle ambiance à bord !

Le mode sport de la suspension pneumatique raffermit la direction et rend la pédale d’accélérateur plus directe (je vous le conseille) sans toutefois offrir plus de sportivité. Le train avant, quelque soit le mode de conduite se montre avare en remontés d’infos et dans certaines conditions, on a l’impression de ne pas savoir où sont les roues. Le sport ce n’est pas son truc. Quoi qu’il en soit, ses performances sont tout de même honorables avec un 0 à 100 km/h annoncé en 7,8s et 220 km/h en pointe. Son truc, c’est d’enfiler des bornes que l’on soit seul ou sept, et il de fait très bien. Le coffre est juste gigantesque avec 314 litres sent 7 places et jusqu’à 1868 litres en 2 places ! Je vous ai parlé de la sono délirante ?

Autre avantage, la sécurité active et passive. On est chez Volvo quand même ! L’arsenal, appelé Intellisafe est capable de détecter les véhicules autour, les piétons, les cyclistes (et dieu sait qu’il y en a) et de freiner aux intersections. Une autre première Volvo, le système de protection en cas de sortie de route (sécurité passive). Les sièges s’affaissent durant le choc afin de préserver vos vertèbres. Objectif à long terme, aucun mort ou blessé grave dans une Volvo neuve en 2020. Une ambition dont le constructeur semble se donner les pleins moyens.

_DSC0655

Bilan

Bon, pour conclure, c’est une réussite. Elégant, bien construit et raffiné il dispose en plus d’un arsenal sécuritaire au top du top. Pourvu de sa toute nouvelle prestance, ce nouveau SUV venu du nord annonce de belles années à la marque. Moins sportif qu’un Cayenne ou un X5, aussi pratique qu’un Q7 ou qu’un GLS, ce XC90 ose se démarquer et le fait avec brio. Disponible à partir de 49 900€ (D4 Kinétic), la douloureuse peut grimper jusqu’à plus de 90 000€ (T8 Inscription Luxe) hors option. Ce sera le prix pour rouler différent, dans un véhicule tenant la comparaison avec les ténors du segment. Volvo se renouvelle (d’ici 5 ans, le X90 sera le plus vieux modèle de la gamme) et revient sur le devant de la scène. Et ça les amis, ça fait plaisir. Ça reste entre nous mais on en reparle très bientôt de ce XC90 😉

La Passion :

  • Ligne réussie
  • Habitacle superbe
  • Confort

 

La Raison :

  • Train avant un peu flou
  • Encombrement
  • Pas de 6 cylindres

FICHE TECHNIQUE VOLVO XC90 D5 :

 

Longueur / Largeur / Hauteur : 4,958m / 2,08m / 1,78m

Coffre : Entre 314 et 1868L

Moteur : 4 cylindre 2 litres turbo-diesel

Puissance Maxi : 225 ch à 4 250 tr/min

Couple Maxi : 470 Nm à 1750 TR/MIN

Transmission : Auto, 8 rapports / 4 roues motrices

Poids : 2038 kg

0-100 km/h : 7,8 S

V-Max : 220 KM/H

Conso Mixte (constructeur) : 5,7 L/100 KM

CO2 : 149 G/Kg

Tarif : A partir de 49 900€ (Version essayée 90 220€)

Si c’était la nôtre : La config du Billet Auto

Le XC90 D5 du Billet Auto serait en finition Inscription Luxe, de couleur extérieure Bleu Magique Métallisé avec un intérieur Ambre et Anthracite. Les jantes seraient de type « Robuste » en 22″ et évidement, parmi les options, le sensationnel système Hifi Bowers&Wilkins 1400W pour 3400€ pour un total avec options de 88.610€. Pour configurer le vôtre, c’est par ici : Configurateur Volvo

config1 config2 config3 config4 config5

PHOTOS

[cq_vc_gallery images= »7206,7207,7205,7204,7203,7202,7201,7200,7199,7198,7197,7196,7195,7194,7193,7192,7191,7190,7189,7188,7187,7186,7185,7184,7183,7182,7181,7180,7179,7178,7176″ onclick= »link_image » custom_links_target= »_self » itemwidth= »160″ offset= »4″ outeroffset= »0″ minwidth= »320″]

 

0