Infiniti et Renault en F1

Infiniti m’a permis de visiter le temple français de la Formule 1. Le centre de développement moteur de Renault Sport F1 à Viry Châtillon. Un bunker où le secret industriel n’est pas qu’une vague notion…

La collaboration

Ça m’a d’abord permis de comprendre pas mal de choses, que je vais essayer de vous détailler sans violer le secret industriel 😉 (Vous en savez peut-être plus que moi d’ailleurs). Depuis le retour de Renault en F1 fin 2015, Infiniti est devenu le partenaire technique du constructeur pour le développement du sytème hybride associé au nouveau V6 1.6l turbo. Depuis 2014, fini le V8 2,4l atmo et ses envolés lyrique jusqu’à 19.000 tr/min et bonjour le petit V6 hybride. Le KERS, introduit en 2009, permettait d’emmagasiner de l’énergie « Kinétic » pour la redistribuer sous forme de puissance supplémentaire pour un temps donné. A présent, la partie énergie a évolué de manière drastique. Pour son retour en Formule 1, l’écurie Renault Sport F1 s’est donc associé à la marque génitrice d’une de mes hybrides préférées, la Q50 S, pour développer la partie MGU-K et MGU-H des « powerplant » des F1 d’aujourd’hui.

renault-sport-infiniti-F1

Le parallèle entre la F1 et la Série peut parfois être mince …

La technique

Aujourd’hui en F1, le V6 1.6l turbo est associé à un système hybride composé de deux unités : les MGU pour Motor Generator Unit. Le MGU-K, qui récupère l’énergie cinétique (K pour Kinétic) au freinage et la stock dans une batterie Lithium-Ion en attendant d’être redistribuée par celui-ci. Mais ce n’est pas tout ! Un autre « moteur » électrique est également présent, le MGU-H pour « Heat« , qui se sert de la chaleur des gaz d’échappement pour créer de l’énergie à destination du MGU-K. Le MGU-H contôle également la vitesse de rotation du turbo ce qui permet de réduire le lag et d’offrir un temps de réponse comparable à un moteur atmo.

renault-sport-infiniti-F1

Ici le « power unit » en test sur le banc d’essai

Le MGU-K cité plus haut a deux stades : La charge (au freinage) où il en-magazine l’énergie et la stock dans la batterie (1000 Volts / 120 kW) et la décharge, où il redistribue l’énergie (car aussi connecté au vilebrequin). Dans ce cas là, il offre une puissance (bridée) de 120 kW (160ch) et 203Nm pour appuyer le V6 turbo et ses 715ch (à 10.500 tr/min). Il peut également être directement alimenté par le MGU-H à la demande du pilote. Ça va ? Vous vous en sortez ? Voici ci dessous un schéma qui récapitule tout ça 😉

renault-sport-infiniti-F1

C’est de l’anglais, mais déjà plus compréhensible que mon bla bla

Les chiffres

Avec tout cet arsenal technologique, le « powerplant » (le regroupement moteur thermique/électriques) sort 875ch et 590Nm, pas mal pour une auto de 700 kg.

La F1 est de plus en plus sophistiquée, tout comme la grande série …

Les Moyens

Toute cette ingénierie est développée conjointement par Renault Sport et Infiniti en france, à Viry Châtillon et tout le dispositif est en relation permanente avec Enstone, l’ancienne écurie Lotus, où Renault Sport F1 développe la partie intégration, châssis, aéro. Les moyens mis en oeuvre sont colossaux et pour être au top de la compétition à l’oré 2020, une académie est là pour détecter les meilleurs ingénieurs mondiaux afin de les intégrer en formation aussi bien à Enstone qu’à Viry Châtillon. Tout ça pour que vous puissiez retrouver une partie de cette technologie dans vos voitures du quotidien, comme l’Infiniti Q50S hybride par exemple, motorisé par un V6 atmo 3,5l de 300ch (celui de la 350Z) associé à un système type MGU-K de 68ch.

Renault-sport-infiniti-F1

Avec tous ces moyens mis en oeuvre, Renault Sport F1 vise le podium en 2018

Passionnant

Cette visite aura permis à l’amateur de sport auto que je suis de découvrir l’envers du décors d’un sport beaucoup plus intéressant qu’il n’y paraît et de prendre la mesure des moyens mis en oeuvre pour accomplir ce travail de titans, que ce soit in bureau d’étude, au banc moteur (un grand moment pour moi) ou dans « l’observation room », ici à Viry, où les ingénieurs sur place bénéficient de la même couverture et de la même télémétrie que ceux sur place au sein de la course, afin d’analyser, d’interpréter, de modifier (un banc moteur sur place ça aide) et d’optimiser en direct. Impressionnant tant au niveau des moyens que de la technique …

Renault-sport-infiniti-F1

Le concept Infiniti Q60 Black S bénéficie d’un « Layout » hybride tout droit issu de la F1

Les dérivés

Toute cette technologie ne sert évidemment pas qu’à faire la course. Une bonne partie de tout ce développement se retrouve déjà et/ou se retrouvera dans nos voiture de série. Dans le cas d’Infiniti, il y a déjà la Q50 S Hybride et à Genève 2017, le constructeur à dévoilé le Concept Q60 Black S, reprenant le V6 3 litres de 405ch que l’on a récemment essayé dans la Q60 S, en y ajoutant un ensemble MGU-K et MGU-H pour une puissance totale de 500ch. Bientôt en série ? Qui sait …

Photos

2