On The Road : La côte basque en BMW i3

Certains d’entre vous ont pu le voir à travers nos pérégrinations « Facebookiennes », nous avons pu rouler en BMW i3 toute la semaine dernière. On la connaît bien. La i3, c’est avant tout une électrique pensée pour la ville mais nous voulions cette fois-ci tester ses capacités à s’évader. La solution ? Prendre la clé des champs ! Un petit Road Trip sur la côte basque ça vous tente ?

On récapitule

La i3 a fait preuve, tout au long de la semaine, d’une facilité d’utilisation exceptionnelle. Ça ne fait pas de bruit, c’est confortable, on est très bien dans cet habitacle lumineux, bien pensé et agréable. Le petit plus, c’est que ça pousse sérieux ce truc ! En mode Confort – le plus sportif – vous mettez dans le vent à peu près tout ce qui roule en agglomération. Et oui ! Car avec l’équivalent de 170ch et 250Nm, ce n’est pas une feignasse ! La direction, très directe, est parfaitement calibrée pour la ville. La i3 est bien suspendue et se montre ultra vive sur les changements de direction. Notre version équipée du prolongateur d’autonomie, un petit bicylindre essence, nous a poussé à plusieurs fois à nous éloigner de Bordeaux et je voulais vraiment voir jusqu’où elle irait. C’est donc là, au gré d’une discussion avec l’ami Benjamin chez Bayern Automobiles, qu’a émergée l’idée de passer le week-end sur la côte basque. Ça tombe bien, Philippe Etchevery, heureux processeur d’i3, y tiens une charmante maison d’hôtes. C’est acté, samedi matin, nous prendrons la route pour Bidart.

IMG_0226

Chargez, engagez, feu !

C’est le départ, la voiture a chargé toute la nuit et le prolongateur d’autonomie, à son maxi (9 litres d’essence), les sacs sont dans le coffre et je suis plus motivé que jamais pour enquiller des bornes. C’est donc 217 km qui nous attendent car j’ai décidé de ne pas emprunter l’autoroute. Non pas qu’elle n’y arriverait pas, juste par ce que ce serait trop facile et donc pas assez amusant. Point sur l’autonomie : Le mode confort annonce 196 km, le mode Eco Pro 212 km et le mode Eco Pro + (qui couple la clim) 252 km. C’est donc sur celui-ci que nous commençons le périple et sortons de la ville. Arrivés a quelques encablures du bassin d’Arcachon, c’est le moment de bifurquer vers la forêt landaise et l’auto nous ravie par son silence de fonctionnement et son confort. Les 284 km à présent annoncés et les longues lignes droites qui s’ouvrent devant nous sonnent le glas du mode Eco Pro + en faveur de l’Eco Pro « tout court ». Rouler à l’économie avec la i3 n’est pas compliqué, il suffit de favoriser un maximum le mode « roue-libre » et la régénération d’énergie au lâcher de pédale. On a fait 50 km et je n’ai toujours pas touché aux freins.

IMG_0149

Le coffre lui aussi permet d’envisager de partir en week-end

En mode Eco Pro, c’est 130 km/h maxi (150 en confort et 90 en Eco Pro +) on est donc large. Nous voici à présent dans les landes girondines nous enfonçant dans le désert de pins. A perte de vue ce sont des lignes droites et de la forêt. La i3 n’est pas ridicule, elle étonne même par son confort de roulement. La petite encaisse de manière royale la chaussée souvent défoncée. Seule la direction se montre trop directe à ce stade. On a des dizaines de kilomètres avant le prochain village et la i3 n’a « mangé » que le quart de sa batterie. J’en profite pour démarrer le prolongateur d’autonomie afin d’optimiser au maximum mon trajet. Ce bicylindre n’entraine aucunement les roues, il recharge les batteries. Quasi inaudible sur route, il se fait toutefois légèrement entendre quand on ralentit (mais se coupe quand on s’arrête). Je le coupe en arrivant dans le village et en profite pour analyser les réactions des gens, sortant de la boulangerie, qui me regardent bouche bée passer sans un bruit dans ce qui ressemble à un déplaçoir du futur. Je n’y couperai pas, c’est la même chose partout.

_DSC1646

On se sent bien dans cet habitacle

Me voici à présent à Linxe, dans les Landes et le GPS m’indique une route viroleuse pour rejoindre Moliets-et-Maa, la D328. Qu’à cela ne tienne ! Il reste 80 km et l’auto m’annonce une autonomie de 196 km. Mode confort. La i3 m’a déjà montré un sacré potentiel sportif alors c’est parti ! La direction, certes un peu directe, remonte les infos et offre un toucher de route que beaucoup de sportives de renom pourraient lui envier. Ensuite, la tenue de route est surprenante. Le roulis est très contenu, le train avant incisif et l’arrière soudé. Seul un sous-virage prononcé vous rappellera que vous approchez les limites. Ces 15 km et des poussières empruntés bon train avec la i3 m’ont donné un sourire d’enfant. S’en suit la traversée d’Horssegor et de Capbreton à rythme sénatorial puis les bouchons du BAB (Bayonne/Anglet/Biarritz et inversement) et nous arrivons à Bidart, notre destination. Plus précisément avenue de Biarritz à la maison d’hôtes Irigoian, chez Philippe Etchevery. Cette splendide demeure du 17ème siècle, que son propriétaire a rénové avec goût, nous accueillera dans une de ses 5 chambres. Entre Biarritz et St Jean de Luz, collée au somptueux Golf L’Ilbarritz, elle est parfaitement située.

_DSC1689

La splendide maison d’hôtes Irigoian, une bien belle adresse

Là, notre i3 nous annonce un cumulé de 109 km d’autonomie ! On aurait pu pousser jusqu’à San Sébastian ! En roulant intelligemment, on peut donc envisager des trajets de 300 km en BMW i3. Intéressant pour une citadine électrique… A présent c’est repos pour l’homme et la machine. La i3 de Philippe Etchevery laisse place à la «notre » à l’emplacement équipé de la « WallBox » BMW pour recharger car demain matin c’est montagne ! Pour l’homme, dans l’immédiat, ce sera petit Golf, plage et dîner à la Socket, le magnifique restaurant du Golf d’Ilbarritz, jouissant d’une carte délicieuse et abordable ainsi que d’une vue imprenable sur la côte basque sur des kilomètres.

IMG_0234

La vue du restaurant du Golf d’Ilbarritz dispose d’une vue imprenable …

Après une nuit fort reposante, c’est le moment de prendre de la hauteur. Direction Itxassou, à une vingtaine de kilomètres, point de départ de nombreuses routes de montagnes, aussi belles et agréables les unes que les autres. De là, nous monterons direction le Pas de Roland et ses petites routes de col abruptes. La montée se fait en mode confort pour avoir un maximum de pêche et clairement, ça monte fort ! La i3 n’est pas ridicule et s’y montre même plaisante ! Arrivé en haut, il ne me reste plus que 40 km d’autonomie sur l’électrique. Pour ma part, je suis électrisé par la vue. La côte basque avec l’océan d’un côté, le Béarn de l’autre et derrière moi, l’Espagne. C’est pas tout mais quand on monte, il faut redescendre. C’est reparti en mode Eco-Pro et la descente s’avère un pur plaisir. Oui car lorsqu’on est en « décélération » ou que l’on freine, les batteries se rechargent. Ce qui fait que, de 40 km, je suis passé à 64 km d’autonomie en électrique une fois redescendu. Bluffant et marrant à la fois.

IMG_0262

Seuls au monde, perdus dans la montagne, l’homme et la i3 contemplent l’horizon …

Retour à Bidart pour faire charger la vaillante i3 à laquelle on a fait voir du pays. Il est 13h30 et l’application iRemote nous indique que l’auto sera pleinement chargée à 17h45, tant-pis, j’irais à la plage … 😉

Retour et bilan

18h. Le temps de remballer les affaires, de remercier mon hôte pour son accueil chaleureux et il est temps de partir. Plus de pression car je sais que l’auto avalera les 220 bornes sans problème. Je pense qu’il faut la rendre le lendemain et dresse un bilan de cette semaine conclue par cette escapade basque. Presque 1100 km, 1 plein complet du prolongateur (12€) et rien d’autre. Là où mon X5 m’aurait coûté plus de 100€, cette i3 ne m’en a coûté que 12. La BMW i3 je la connaissais bien. J’ai toujours eu de l’affection pour cette auto, certes différente mais bien pensée. Au fil de cette semaine, j’ai pu apprécier à répétition le punch de son moteur électrique capable de ridiculiser beaucoup de petites sportives en ville et sa capacité à avaler les bornes dans toutes les situations. A la campagne, elle tient la route et sur l’autoroute elle n’est ni bruyante, ni inconfortable. Une sacrée polyvalence pour une sacrée petite auto. La cerise sur le gâteau, l’économie réalisée ! Alors oui, la i3 n’est pas donnée (à partir de 35 490€) mais elle est vite rentabilisée quand on voit l’économie de carburant. Je pense également à nos amis parisiens qui, avec un abonnement autolib, éviteront les soucis de stationnement. Si vous ne faites que de la ville avec, la version « de base » sera idéale. Si vous prévoyez de l’emmener rouler loin, le prolongateur d’autonomie vous permettra de voyager. Une auto au top pour le quotidien, avec laquelle on peut envisager de partir en week-end ? Je prends …

FICHE TECHNIQUE

Dimensions (Longueur/Largeur/hauteur) : 3.99/1.77m/1.60m

Moteur : Electrique + Bicylindre essence 650cm3

Puissance maxi : 170ch à 4800 tr/min

Couple Maxi : 250Nm à 0 tr/min

Transmission : Propulsion / Boîte auto 1 rapport

Poids (Constructeur) : 1390 kg

Rapport poids/puissance : 8,17 kg/ch

Vitesse maxi : 15° km/h

0 à 100 km/h : 7,9s

Conso mixte annoncée : 0,6L / 100km

CO2 (g/Km) : 13

Puissance fiscale : 3 CV

Roues : 155/19 avant / 175/19 arrière

Tarif : A partir de 35 490€ (Modèle essayé environ 47 000€)

LA CONFIG' DU BILLET AUTO

La BMW i3 du Billet Auto serait équipée du prolongateur d’autonomie. Elle serait de couleur « Laurus Grey » avec lisere bleu avec des jantes style 430 en 20″. A l’intérieur elle aurait l’esprit intérieur « Suite » avec le cuir et le bois. En option, elle disposerait des feux full LED, de la navigation professionnal, des packs Advance Parking et Advance Safety. Avec quelques autres « broutilles » le tarif final sort à 50

PHOTOS

REMERCIEMENTS

Nous tenions à remercier chaleureusement Benjamin et l’équipe de Bayern Automobiles pour le prêt de la i3 et pour cette opportunité de prendre le large avec ainsi que Philippe Etchevery pour son accueil à la Maison Irigoian à Bidart.

0