Ça ne vous aura probablement pas échappé, lors de notre périple à Fuerteventura, nous avons profité des essais du TTS pour mettre également la main sur le nouveau TT Roadster. Moins puissant, moins vif mais tout aussi attachant, voir plus … Notamment dans le cadre d’un « cruising sportif » sur les routes Canariennes.

 Le tableau

Il y a des jours où se lever est moins difficile que d’autres. Ce matin là, c’est grand beau sur Fuerteventura. A l’est des Canaries, cette ile aux paysages volcaniques est la plus proche de l’Afrique, à plus de 1000 km au sud de l’Espagne. Et aujourd’hui je vais avoir le privilège de tailler la route à bord d’un des petits roadsters les plus sympas du marché, j’ai nommé l’Audi TT Roadster.

Après un agréable déjeuner sur le port au sud de l’île, me voici en compagnie de l’ami Adrien – notre confrère d’Abcmoteur – bien installé dans le baquet enveloppant de l’auto susmentionnée. Un splendide spécimen en TFSI 230ch, tout de rouge (Tango) vêtu et équipé – à mon grand bonheur – du pack S-Line qui lui donne une allure folle. Le TT Roadster, c’est donc le 4 cylindres TFSI maison en déclinaison 230ch, une boîte S-Tronic et la transmission quattro dans cette version. Affiché à partir de 52 700€, notre exemplaire disposait, en plus du pack S-Line, d’environ 10 000€ d’options comme le pack cuir, le système B&O, les faux Matrix LED etc … Pas donné quand même.

_DSC0826

Contact. Il fait beau, il fait chaud, alors vous vous en doutez bien, mon premier reflex est de décapsuler la bestiole. Et bien 10 secondes plus tard (oui oui, 10s tout rond) c’est chose faite. J’aurais pu le faire en roulant jusqu’à 50 km/h d’ailleurs. La capote à l’isolation quasi parfaite laisse place à un magnifique ciel bleu. Y a pas, ça commence bien.

 En route

 Sortie du port sur un filet de gaz. L’échappement ronronne doucement mais la conduite à l’air libre permet de l’entendre, juste ce qu’il faut pour en profiter sans que cela ne devienne envahissant. La boîte S-Tronic fait preuve d’une souplesse remarquable et les changements de rapports sont imperceptibles en mode auto. Devant moi, le Virtual Cockpit, cet écran de 12,3“ qui remplace le combiné d’instrumentation. Tout est là : compteur, compte-tours, infos de bord et surtout, la splendide carte GPS avec Google Earth qui, disons-le dans ces mots, claque sérieusement ! Sur la planche de bord, les 3 bouches d’aération intégrant en leur centre les molettes de réglage de clim. Je l’ai déjà relevé dans l’essai du coupé TTS, c’est d’une simplicité évidente et d’une évidence simple (1/4 d’heure phylo). La finition est au top et l’ergonomie poussée. A allure raisonnable, le vent dans l’habitacle est plutôt bien filtré, pour peu que les vitres soient remontées. Le filet anti-remous électrique, lui, ne fait pas une grosse différence. Pas beaucoup de bruit donc, idéal pour profiter du génial système Bang & Olufsen – option à 1035€ – à la restitution ultra-fidèle. Une option indispensable pour le mélomane qui aime se délecter d’une douce mélopée tout en se dorant la pilule.

La direction est légère mais précise. Informative mais pas sèche. La souplesse du bloc permet d’enrouler pépère sur n’importe quel rapport et le tarage des suspensions se révèle très bon, même quand la chaussée se dégrade un peu. Le TT Roadster s’apprécie donc pleinement en configuration « quotidienne ».

TTS TT-10

Sortis de Morro Jable, nous longeons la côte Sud-Est de l’île vers Costa Calma, ce qui nous permet d’élever un peu le rythme. Oui, parce que les côtes bétonnées, c’est pas trop notre truc et que si le paysage n’est pas ce qu’il y a de plus joli ici, les routes, toutes en courbes, sont au top. A ce jeu là, le Roadster se montre parfaitement équipé pour tenir la distance sans problème. Mode Dynamique : On. Quand on se fait plus insistant sur la pédale de droite, les échappements donnent un peu plus de voix et l’éternuement qui claque à chaque rapport vous développe les zygomatiques instantanément. On est en « manuel » avec des passages instantanés, mais pas effacés. Que du bonheur. On ne roule pourtant pas très vite, et déjà, le plaisir augmente. C’est à mon sens l’intérêt principal d’une auto comme celle-ci. Question tenue de route, la suspension, légèrement affermie par le mode Dynamique, ne se montre jamais sèche et le confort est total. Sur ces routes, le TT Roadster est royal. Qu’elles soient en montée ou en descente, jamais il n’apparaît en manque de ressources d’accélération ou de freinage. Les freins tiennent bien l’échauffement et le mordant est très bon. J’aurais simplement aimé une pédale avec un peu plus d’attaque mais là, je pinaille.

A Costa Calma, on entre dans le vif du sujet. Rendez-vous est pris entre Pájara et Betancuria, dans le centre de l’île, pour un shooting photo avec d’autres TT. Un rapide coup d’œil à la carte fait tout de suite ressortir que pour s’y rendre, c’est que du bon. Du sinueux et des lacets, voilà ce que l’ami Adrien et moi attendions depuis un petit moment. C’est parti. Rien ne bouge, on est en Dynamique et mode manuel (le meilleur réglage pour profiter du TT Roadster à mon avis). Premier constat : Il est vif ce TT. Les 230ch et 370Nm semblent être tous là, la sonorité du 4 pattes est très agréable (je ne suis pourtant pas DU TOUT un fan de 4 cylindres) et raisonne le long des parois. Les éternuements de l’échappement se font de plus en plus insistants, le tout en Dolby Surround capote baissée, pour notre plus grand plaisir. De plus, le petit Roadster fait preuve d’une agilité déconcertante. Avec 1320 kg à vide, il se positionne bien et les doutes concernant sa rigidité sont bien vite effacés. Il tient le pavé, accroche grâce à son train avant bien réglé et enroule proprement quelque soit le rayon de la courbe ou du virage. Tout comme son frère en survêt’ TTS, le TT Roadster peut même, à la demande, se montrer joueur. Le fun est bien présent tandis que la beauté des routes et du paysage (à l’intérieur de l’île) font de ce petit road-trip une journée merveilleuse. Petit bémol cependant, avec l’allure grandissante, l’air circule drôlement dans l’habitacle. Heureusement, le chauffe-nuque intégré aux sièges (option) est très efficace. Arrivée au centre de l’île pour découvrir un joli spot photo à côté d’un vieux moulin. Petite pause et shooting.

_DSC0802

A peine le temps de débattre de nos ressentis autour de l’auto qu’il faut déjà repartir direction d’hôtel. Oui, car sans s’en rendre compte, nous avons passés l’après-midi sur la route ! Le temps défile vite dans ces conditions. C’est donc sur un rythme délicatement sportif – ou sportivement délicat – que nous regagneront l’hôtel à Costa Calma, en passant par Antigua et Tuineje, empruntant au passage de longues lignes droites dans un paysage désertique et en s’arrêtant un petit moment dans un spot singeant l’Arizona pour quelques prises de vues, histoire de retarder un petit peu l’arrivée et prolonger le plaisir.

_DSC0887

Bilan

Le bilan de cette petite escapade est bon, très bon. Après avoir testé en long, en large (et parfois en travers) le TTS Coupé, ce Roadster TT (classique) est la bonne surprise de ces quelques jours aux Canaries. Toujours cette gueule d’enfer, bien que moins esthétique que le coupé. Un TFSI 230 plus que suffisant et un comportement idéal car plus « souple » que le TTS. Une auto quasi parfaite pour le « cruising dynamique » qui enchante vos sens grâce à son châssis, son moteur et son comportement, le tout à ciel ouvert.

Photos :

Le cruising c’est son truc

La suspension plus souple que sur le TTS est parfaite au quotidien

Avec un tel paysage, dur de ne pas décapoter 😉

_DSC0868

_DSC0871

_DSC0872

_DSC0879

Anguleux, trapu, agressif. Il a de la gueule ce TT Roadster

_DSC0887

8 TT en convoi, difficile de passer inaperçu …

IMG_8596

IMG_8615

IMG_8616

IMG_8621

Que ce soit en Roadster ou en TTS, le petit coupé aux anneaux est une réussite esthétique

TT pour « Tout Terrain » ? Presque …

TTS TT-12

TTS TT-13

Petite pause au moulin …

_DSC0776

_DSC0797

_DSC0807

Finition, assemblage, ergonomie. Très travaillé cet habitacle

_DSC0817

Le temps idéal pour profiter de ce petit roadster

_DSC0891

Fiche Technique :

Moteur : 4 cylindres en ligne essence 2 litres turbo

Puissance : 230ch à 4500 tr/min

Couple : 370Nm à 1600 tr/min

Transmission : quattro (quatre roues motrices)

Dimensions  L x l x h (m) : 4,18 x 1,83 x 1,35

Poids : 1320 kg (S-Tronic – à vide)

0 à 100 km/h : 5,6s

VMax : 250 km/h

Tarif : A partir de 52 700€ (Modèle essayé 63 220€)

Texte : Jean-Baptiste Dessort

Photos : Jean-Baptiste Dessort / Adrien Sallé

0