Tesla fait couler beaucoup d’encre en ce moment. L’arrivée de la version P90D, de l’AutoPilot, des mises à jour la rendant de plus en plus autonome. On a tenu à vérifier tout ça mais surtout, après notre essai de la P85D l’été dernier, on a voulu savoir s’il était possible pour une berline de 2 tonnes et des poussières d’accélérer encore plus fort …

Le tour du proprio

La Tesla Model S, c’est une splendide berline américaine qui paraît beaucoup plus fine qu’elle ne l’est vraiment grâce à un design fin et élégant. Avec 4,98m de long, 1,96m de large (sans les rétros) et 1,43m de haut, elle joue dans la catégorie des BMW Série 5, Audi A6 et autres Mercedes Classe E. A ceci près que je la trouve personnellement beaucoup plus réussie et impressionnante au regard. Il n’y a qu’à voir, il faut bien les 21 pouces des splendides jantes ”turbine” pour l’asseoir sur le tarmac.

IMG_3616

Le design assez fin permet de camoufler un peu les dimensions généreuses de la Tesla

A l’intérieur, c’est la technologie. Les deux seuls boutons physiques présents sont ceux des feux de détresse et de l’ouverture de la boîte à gant. L’écran de 17”, sorte ”d’iPad géant” trône au milieu de la planche de bord. Il gère absolument tout. Réglages de l’auto, GPS, audio, navigateur internet, agenda, téléphone, caméra … Tout ! Le reste de l’habitacle est plutôt sympa avec cuir et alcantara. Pour une américaine, les matériaux et ajustements sont de très bonne facture. La présentation générale est flatteuse et on se sent privilégié dans cette atmosphère techno/Luxe. Les sièges nouvelle génération offrent enfin un réel maintien. Et le maintien, dans cette P90D, vous en aurez besoin

IMG_3561

L’agencement est épuré, tout est regroupé sur le gigantesque écran

Sur la route

La position de conduite est bonne. L’épais volant tombe bien sous la main, il est donc temps de « faire toucher les fils » comme dirait l’autre. Ah ! Non, c’est vrai l’auto à déjà démarré quand j’ai appuyé sur le frein. Le commodo de droite commandant la « boîte de vitesse » actionné vers le bas, la voiture est en « D ». En ville, c’est du velours, et je pèse mes mots. La souplesse et la sensation de couple immédiat font de cette grosse berline une arme pour la conduite urbaine. Douceur extrême ou dynamisme, c’est à la carte. Et je ne suis que sur le mode « Sport », le mode par défaut. Il y en a un autre, dont nous reparlerons quelques lignes plus bas. En attendant, c’est un régal. Une fois ses dimensions généreuses assimilées, la Tesla est un vélo en agglomération.

_DSC0022

Malgré ses dimensions, la Tesla est maniable et facile à emmener

Il est temps d’aller faire un tour sur la voie rapide. Là, la grosse berline est – on le savait – impériale. Le système AutoPilot gère la distance avec l’auto qui vous précède, scanne la route autour de vous à l’aide de ses 12 capteurs ultra-son, prend les courbes (même certaines appuyées) toute seule et peut même, avec un actionnement de votre part du clignotant, changer de file toute seule dans le cas où il n’y a aucun danger. Elle n’est pas totalement autonome mais on apprécie beaucoup cette aide sur les longs trajets. La nouvelle mise à jour 7.1 lui permet également de s’adapter d’elle-même aux limitations de vitesse. Cette mise à jour corrige d’ailleurs un défaut qu’on avait relevé, à savoir la propension de l’auto à prendre les sorties d’autoroutes quand on circule sur la voie de droite. Cette autonomie continue sur la nationale, où les courbes sont avalées toutes seules, même rapides. L’auto peut même ralentir si elle estime que ça ne passera pas à cette vitesse. L’intelligence …

IMG_3425

En lieu et place des compteurs, l’écran vous indique tout, et même ce que fait l’auto en temps réel

Mais on n’est pas venu que pour ça. Vous aurez pu le voir dans la vidéo et dans notre précédent essai de la P85D, une Tesla, ça pousse. Velu même. Et cette P90D, vous l’aurez compris, ne fait pas exception à la règle. Cet « upgrade » de la P85D est d’ailleurs la version de pointe de la gamme Model S. Alimentés par des batteries de 90kW, les moteurs électriques répartis sur chaque train, développent 510ch pour le moteur arrière (476 sur la P85D) et 262ch à l’avant (224 sur la P85D). On obtient donc 772ch en cumulé, ce qui fait de cette Tesla P90D la berline de série la plus puissante du monde. Tout n’est malheureusement pas si simple. Les consommateurs américains se sont plaints de ne pas retrouver ces chiffres et Tesla a corrigé cette puissance cumulée à 539ch officiels, en gardant les puissances spécifiques susmentionnées. Qu’importe, engageons le mode « Démesuré », maladroitement traduit de « Ludicrous » en anglais, signifiant « ridicule » dans le texte. Quoi qu’il en soit, une fois la pédale enfoncée à plus de 30 ou 40%, les chevaux électriques semblent plus être 772 que 540. C’est dément. Déjà, il y a les chiffres : 967Nm à 0 tr/min. Je répète : neuf-cent soixante sept Newton Mètres à zéro tours par minute (?!?). Ça ce traduit par une poussée dantesque, carrément physique, qui vous chamboule les organes vitaux. Je n’exagère même pas …

IMG_3605

Dans cette situation, rien ne laisse présager de la folie dont cette auto est capable …

Vous le verrez dans la vidéo, même quand on y est « habitué » c’est violent. Le 0 à 100 km/h annoncé en 3s est totalement crédible mais n’a pas pu être vérifié à cause de la route très grasse lors de notre essai. Le meilleur temps de ces 2 jours aura été de 3,3s. Sur le gras, c’est une sacré perf ! Pas sûr que certaines supercars annonçant moins de 3s arrivent à faire 3,3 dans ces conditions. C’est d’ailleurs la force de cette Tesla. L’accessibilité de la performance démente. La facilité avec laquelle on met tout le monde dans le vent. De plus, elle sait tourner aussi. Les 2,2 tonnes et son gabarit ne font pas d’elle une ballerine ou une auto de WRC mais le roulis est très bien maîtrisé et les vitesses de passage en courbe sont impressionnantes. Dans le serré, le sous-virage est cependant bien présent et vous avertit très tôt des limites de l’auto. Les sensations de conduite sont là mais le manque de remontée d’infos grève le ressenti. Qu’a cela ne tienne, le plaisir sera retrouvé en accélérant, ou plutôt en se téléportant …

IMG_3509

Grâce au développement des Superchargeurs, l’autonomie réelle de 380 km environ peut être rechargée en 1h

Bilan

Belle, ingénieuse, technologique, ultra-performante, cette Tesla nous aura convaincu en P90D, tout autant que la P85D l’a fait l’été dernier. Il n’y a pas de grosse différence en terme de performance mais c’est surtout cette accessibilité en terme de conduite, rapide ou pas, qui nous aura bluffé. Reste qu’à partir de 126.800€, la P90D n’est pas donnée. Ajoutez à cela les 11.200€ du mode Ludicrous (?!?) et les 2800€ du pilotage automatique et on dépasse les 140.000€. Notre version d’essai, ultra équipée, s’affichait à 154.000€. Maintenant, en remettant les choses en perspectives, une Audi RS6/7, BMW M5 ou E/CLS 63 AMG toutes options, ça navigue dans les même eaux à ceci près qu’il faut y ajouter les 15 litres en moyenne que celles-ci engloutiront. Elles auront cependant l’avantage de vous offrir un plaisir que la Tesla se refuse, celui du plaisir auditif. C’est une question de conception. A vous de choisir 😉

La Passion :

  • Ligne superbe
  • Performances démentes
  • Facilité d’utilisation

 

La Raison :

  • Poids
  • manque de rangements
  • pas de bruit

LA CONFIG' DU BILLET

La Tesla Model S du Billet serait une P90D rouge avec es jantes 21” et le toit ouvrant. Dans le case options, nous choisirions le mode Ludicrous (11.200€), l’AutoPilot (2800€), l’intérieur premium (3400€), la suspension Smart Air et le système audio HiFi. Coût total : un juteux 151.250€ …

Configurez votre Model S ICI

FICHE TECHNIQUE

Dimensions (Longueur/Largeur/hauteur) : 4,97 / 1,96m / 1,44 m

Moteurs : Electriques, 510ch à l’arrière, 262ch à l’avant

Puissance cumulée : 772ch (567kW) théoriques, 539ch annoncés

Couple Maxi : 967Nm à 0 tr/min

Transmission : 4 roues motrices, variateur.

Poids à vide (Constructeur) : 2239kg

Rapport poids/puissance : 2,90 kg/ch (calculés sur les 772)

Vitesse maxi : 250 km/h

0 à 100 km/h : 3s

Conso mixte : 0 litre/100 km

CO2 (g/Km) : 0

Roues : 245/35/21 avant et 265/35/21 arrière

Freins AV : Disques ventilés (365mm) étriers 4 pistons

Freins AR : Disques ventilés (355mm) étriers 4 pistions

Coffre : de 750 à 1795 litres à l’arrière / 84 litres à l’avant

Tarif : A partir de 126.800€ (Modèle essayé 154.000€)

VIDEO

PHOTOS

0