image_00003

Ceux qui me connaissent le savent, je suis un « Bimmer » dans l’âme mais le X6 ne m’a jamais branché. Pire, la première version (E71) était pour moi réservée aux footballers et autres « kékés » dépourvus de bon goût. Fin 2014, BMW nous présente son nouveau X6 (F16) dérivé de la dernière mouture en date du X5 (F15) et là je me suis ravalé mon dédain pleine gorge… Alors quand BMW m’appelle au débotté pour me proposer d’essayer la bête, je ne me suis pas fait prier.

 Ça claque ou pas ?

 En effet, extérieurement, la ligne paraît plus sage, un poil moins agressive et surtout, dans sa partie arrière, beaucoup moins lourde. La face avant reprise du X5 est toujours aussi imposante tandis que le toit en pente douce se fait plus discret, moins plongeant. Les feux arrière eux sont de taille conséquente ce qui affine à mon sens la poupe en rendant plus élégante cette ceinture haute. Ce qui me faisait penser à un canard en plastique n’est plus. Il est beaucoup plus agréable à l’œil. Ceci dit c’est peut-être moi qui mets de l’eau dans mon vin avec l’âge … Pour finir, les jantes de 20 pouces (Style 597 pour les pointilleux) finition polie (le premier qui me dit diamantés je l’envoie en stage de 6 mois chez Renault …) et la sublime teinte extérieur « Sparkling Storm » métallisé de notre modèle d’essai, un 30d finition Exclusive bien optionné (92 000€ le bout), donnent au SAV Munichois une classe qui lui était jusqu’alors inconnue. Oui, il faut le dire, je le trouve classe le nouveau X6, du moins dans cette config’ car pour le Pack M c’est une autre histoire.

Dans le cockpit, l’atmosphère et typique de BMW avec les commandes légèrement tournées vers le conducteur, le « joystick » de vitesse et le iDrive Touch (toujours aussi intuitif) couplé au gigantesque écran multimédia regroupant toutes les infos et les réglages de l’auto. La finition est remarquable, les ajustements parfaits et les matériaux exemplaires. La planche de bord recouverte de cuir est du plus bel effet et les sièges confort sont à montrer en exemple. Réglables dans tous les sens, l’assise et le maintien se révèlent tout bonnement parfaits. Légèrement moins fermes qu’auparavant, ils raviveront ceux qui pestaient contre la dureté des sièges BM. A l’arrière, tout progresse. L’espace aux jambes et surtout la garde au toit ! Contrairement à la précédente génération, les plus 1m80 n’auront pas la tête penchée. Le coffre lui, même s’il n’est pas au niveau de celui du X5, gagne en volume et reste accessible. Pour finir, le système Hi-Fi Harman Kardon de 600W (16hp) est très bon. Pour les mélomanes pointus, un système B&O de 1200W est dispo en option mais ça coûte cher (2900€).

image_00021

 Ça marche fort ?

 Contact, pas un bruit dans l’habitacle. C’est sûr, avec le temps, BMW a su rendre ses 6 cylindres mazout aussi discrets qu’onctueux. A basse vitesse, tout se fait dans le calme et la souplesse. L’attaque franche de la pédale de droite des anciens modèles a disparu et tout est plus progressif. Le mode Eco-Pro et le start&stop visant à se rapprocher des 6l/100km annoncés – en réalité 7,5/8l en étant sage, c’est déjà pas mal du tout pour un bébé de 2,2 tonnes – sont vite oubliés et le mode confort permet d’enrouler sur les 560Nm de couple sans effort tandis que la merveilleuse boite ZF à 8 rapports fait son boulot en toute discrétion. Le confort de roulement est très, très bon ! Beaucoup moins cassant qu’avant, les aspérités de nos routes et autres casse-pattes s’avalent beaucoup plus sereinement. La direction est très directe mais trop légère et le point milieu quasi inexistant. On n’a clairement pas l’impression d’avoir du 275/40 à l’avant et du 315/35 à l’arrière. Ça demande un petit temps d’adaptation. Il en ressort tout de même une auto très réactive ce qui n’est pas pour nous déplaire. Mention spéciale pour le Head-Up display dont on ne peut plus se passer au bout d’un court moment. Très agile et bien composé, voilà ce qu’il ressort de ce nouveau X6 en ville.

Nous voici sur du plus roulant. Le silence à bord est total, on sent qu’un effort particulier a été fait sur l’insonorisation. C’est le moment de passer sur le mode sport, tout en gardant la boite auto en mode « normal » (configurable facilement, c’est un mode que je recommande vivement). Les entrées d’autoroute et les relances ne sont qu’une formalité, le couple étant omniprésent. Les 258ch eux sont suffisants pour déplacer le parpaing et ne paraissent en sous-effectif qu’à partir de vitesses perçues chez nous comme «terroristes». En gros rassurez-vous, à des allures simplement «criminelles» vous en aurez encore sous le pied. Le 0 à 100 est avalé en 6,7s (1 dixième de mieux qu’une 208 GTi) et les 230 km/h sont vite atteints. Dès que la route serpente, les qualités dynamiques de l’engin sont sidérantes. Ça vire à plat, ça va vite, c’est ultra-sécurisant. C’est simple, je cherche encore le roulis ! Le volant M (option à 250€) est de toute beauté et très agréable en main, même si, en étant pointilleux, j’aurais apprécié un diamètre légèrement inférieur. Le bémol, c’est qu’il commande une direction qui passe de trop légère en mode confort à trop lourde en mode Sport et Sport+. Ce toucher artificiel ne remonte que trop peu d’informations sur ce que font les 275 à l’avant. Quoi qu’il en soit, on ressent clairement les bienfaits de l’antiroulis et la répartition du couple sur la roue arrière extérieur en virage. C’est simple, ce X6 fait la danseuse en virage et si vous êtes un peu trop généreux – bourrin – seul un léger sous-virage viendra vous alarmer.

image_00031

 En gros ?

 En gros, cette nouvelle mouture du X6 m’a beaucoup plu. Une ligne bien plus fine et « fluide », moins m’as-tu vu et un comportement à la hauteur d’une marque comme BMW. A l’intérieur, la finition m’a bluffé et l’équipement High-Tech bien présent ne m’a jamais semblé envahissant. Notre 30d s’est montré très agréable et pour ceux qui souhaitent plus de punch, il est dispo en 40d (313ch-630Nm) en M50d (381ch-740Nm) et surtout – version préférée du Billet Auto – en 50i (V8 bi-turbo essence 450ch-650Nm). A mon sens, rouler en X6 n’est plus une tare et je m’adresse à nos amis footballers en leur demandant d’éviter cette nouvelle version car on l’aime beaucoup. Je leur conseillerai plutôt de se rabattre sur le futur Mercedes GLE qui comblera toutes leurs envies. Pour ceux qui craqueront tout de même sur le BM, pour une fois, je ne pourrai pas vous en vouloir.

JB Dessort.

 

Pédigrée : X6 30d Exclusive – 6 cylindre en ligne diesel – 258ch – 560Nm – 2150 kg – O à 100 km/h en 6,7s – 230 Km/h.

Prix de base X6 30d xDrive : 70 930€ (Modèle essayé 92 080€)

Un grand merci à Benjamin et à la concession BMW Bayern à Mérignac (33) pour leur accueil, leur disponibilité et leur gentillesse.

0