[vc_row][vc_column][vc_column_text]

Skoda renouvelle sa Superb et s’inspirant directement du splendide concept Vision C dévoilé à Genève l’an dernier. Les qualités de conception et d’espace de la précédente génération combinées aux lignes tendues et élancées du concept. Ça promet. Direction le Danemark puis la Suède pour en avoir le cœur net.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/1″][vc_column_text]

Le tour du proprio

Relancée en 2001, dix ans après le rachat de la marque Tchèque par le groupe Volkswagen, la Skoda Superb – qui existait déjà dans les années 30 – s’est imposée par sa conception réussie et son espace aux jambes aux places arrière. L’esthétique cependant n’a jamais été son point fort. Pour cette nouvelle génération, Skoda a mis les petits plats dans les grands. Développée sur la plateforme MQB du groupe VW elle s’inspire des traits du magnifique Concept Vision C, dévoilé lors du Salon de Genève 2014. Pour la partie esthétique, c’est très réussi ! C’est à Copenhague que l’on découvre la belle. La ligne de coupé 4 places n’est plus aussi marquée mais pour une berline de presque 5m de long, le trait est fin, bien proportionné et travaillé. Feux fuyants, « Seatiens » dirons certains, capot moteur travaillé, nervure courant sur l’entièreté du flanc de l’auto s’arrêtant sur une poupe aux feux fins me faisant penser à ceux d’une Audi A3 Berline. Bref, un concentré de bonnes idées qui font de cette génération de Superb la plus belle à ce jour. Par rapport à l’ancienne génération, il n’y a pas photo et il suffit de mettre les deux côte à côte pour s’en rendre compte.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/1″][cq_vc_gallery images= »8698,8699,8702,8706,8748,8705″ onclick= »link_image » custom_links_target= »_self » itemwidth= »235″ offset= »4″ outeroffset= »0″ minwidth= »240″][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/1″][vc_column_text]

A l’intérieur c’est aussi beaucoup mieux. Si les précédentes Superb faisaient déjà très bien en terme de finition et d’espace à bord, la nouvelle enfonce encore le clou avec une qualité de fabrication et d’assemblage jusque là réservée à des marques plus premium. Sans toutefois l’égaler, on se rapproche de ce que fait sa cousine « du peuple » pour ne pas la citer. Les plastics sont de très bonne qualité et sont assemblés avec soin. Seuls quelques parties basses et le couvercle de boîte à gants dénotent dans cet univers très qualitatif. Les plaquages et autres comodos sont de bonne facture. Un habitacle réussi et ergonomique à défaut d’être original. Son point fort ? Comme toutes les générations de Superb, c’est l’espace aux jambes à l’arrière. C’est simplement gigantesque. Au même titre qu’une Classe S ou qu’une BMW Série 7, la Skoda Superb est aussi une auto dans laquelle on se fait conduire. De plus, le coffre gargantuesque avec une capacité qui peut varier de 625 à plus de 1700 litres ! Dommage cependant qu’il ait abandonné la double ouverture hayon/malle. Bon, ce n’est pas tout mais il faut y aller, on a d’la route devant nous.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/1″][vc_column_text]

En route

On commence par une petite boucle en ville afin d’atteindre le restaurant. L’ami Thomas de chez The Automobilist et moi avons subtilisé un modèle TDI 190 DSG 4×4 en finition Laurin & Klement, le haut de gamme équipé également des modes de conduite. Là, la Superb est à l’aise malgré son gabarit. En mode confort, la direction est souple et bien paramétrée dans l’ensemble. La suspension encaisse les déformations de la chaussée avec une souplesse remarquable. Le TDI 190 quant à lui me laisse un peu sur ma faim en raison d’un léger manque de couple à bas régime et d’une course d’accélérateur trop longue à mon goût. C’est tout de même dynamique mais très effacé. Après un déjeuné au restaurant N°2 (c’est le nom du resto, pas le numéro de l’étape), direction Helsingor, au nord de la ville, pour prendre le ferry qui nous amènera en Suède. La route longeant la côte est parsemée de zones d’habitation et de splendides demeures. Idéal pour jauger la conduite du quotidien et le quartier plutôt chic ne met pas la Skoda mal à l’aise, malgré la flopée (sérieusement) de Tesla, de Mercedes et de Ferrari California. A ce rythme, le confort est royal, on profite de la vue et du ciel dégagé grâce au toit ouvrant toujours bienvenu. Les sièges sont agréables et on sent que les longues distances ne leur font pas peur. Le TDI 190, lui, ne m’enchante pas particulièrement. Efficace mais toujours trop souple et effacé à mon sens. Il est vrai que les sensations sont quelque peu gommées par la boîte DSG, rapide mais lisse et le système 4 roues motrices. Il faut vraiment regarder le compteur pour s’en rendre compte. Ça roule mais on ne sent rien. Course de pédale sans fin et réglages confort y participent également.

Nous voici à Helsignor. C’est ici que nous prendrons le ferry qui nous mènera jusqu’en Suède. Loin d’être un périple, la traversée ne dure que quelques minutes. Le temps pour nous de détailler un peu la Skoda et de trouver quelques détails qui la rendent « simplement intelligente » comme les parapluies dans les portières Rolls-Royce style, les bloque-bagages dans le coffre et la raclette pour l’hiver intégrée dans la trappe à essence. C’est très pratique !

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/1″][cq_vc_gallery images= »8707,8704,8703,8711,8701,8738,8737,8745,8746″ onclick= »link_image » custom_links_target= »_self » itemwidth= »235″ offset= »4″ outeroffset= »0″ minwidth= »240″][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/1″][vc_column_text]

Nous voici en Suède et il est temps de rejoindre l’autoroute, bercés par les entêtants tubes d’Abba et Aqua restitués via le système audio CANTON 12hp de 625W. Très bonne sono, qui manque cependant légèrement de middle. Qui ne se souvient pas d’un « Money Money Money » ou d’un « I’m a Barbie Girl » … C’est parti pour une bonne centaine de kilomètres de ruban en direction de Valberg, la ville du caviar en tube et sa forteresse. Ce qui ressort en premier une nouvelle fois c’est son confort. Les autoroutes suédoises n’étant pas toujours de la meilleure qualité, la Superb gomme toute les irrégularités sans problème. Seule l’insonorisation laisse un peu à désirer. Sur ce type de trajet, il est généralement coutume de faire joujou avec les équipements et elle n’en manque pas la berline tchèque. Le régulateur adaptatif marche à merveille et propose même une conduite semi-autonome dans les embouteillages. Les feux adaptatifs permettent de rouler en pleins-phares constamment en masquant une partie du faisceau quand on croise une autre auto. La reconnaissance des panneaux de limitations est là et surprise, on découvre une prise 230V aux places arrières ! Ceux qui on un iPhone seront ravis .. Les sièges sont, sur cette version haut de gamme, chauffants et ventilés. Après une petite quinzaine de minute de « tatonnements » l’ami Thomas et moi avons réussi à faire marcher le CarPlay, qui se montre très efficace et qui, improbable donc indispensable, propose une télémétrie ! Le CarPlay, c’est tout simplement l’écran de votre iPhone sur le système multimédia de l’auto. Tout comme avec Androïd Auto, vous y retrouverez vos infos et applications. Amusant sur les longs trajets. Arrivés à Valberg, nous y prenons un petit café au bords de la splendide forteresse avant de repartir vers Göteborg où nous passerons la nuit.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/1″][cq_vc_gallery images= »8713,8712,8710,8711,8763,8764,8762,8767,8768″ onclick= »link_image » custom_links_target= »_self » itemwidth= »235″ offset= »4″ outeroffset= »0″ minwidth= »240″][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/1″][vc_column_text]

C’est le moment pour moi de vérifier une autre évolution de cette Superb. Les places arrière. Elle n’en manquait déjà pas auparavant mais là, c’est 16 cm en plus d’espace aux genoux et 7 cm aux épaules. Réellement impressionnant. Si vous ne connaissez pas cette sensation quand on croise les jambes à l’arrière d’une auto sans toucher le siège avant, pourtant réglé pour les 1,80m de l’ami Thomas, ça fait toujours son petit effet. En plus de la place disponible, le confort de la banquette est royal. La climatisation tri-zone marche bien et les sièges peuvent être chauffants (option). Le petit plus, le support pour téléphone portable/tablette intégré dans l’accoudoir central. Simply Clever. Une très bonne auto pour se faire conduire. C’est là que le caractère «  quelque peu lissé » du TDI prend tout son sens.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/1″][cq_vc_gallery images= »8757,8755,8756,8766,8750,8752″ onclick= »link_image » custom_links_target= »_self » itemwidth= »235″ offset= »4″ outeroffset= »0″ minwidth= »240″][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/1″][vc_column_text]

Après une nuit à Göteborg, c’est le moment de repartir vers le Danemark, cette fois-ci en empruntant de splendides routes nationales suédoises. Ce matin, c’est avec un TDI 150 boîte mécanique que nous prenons la route. Après une séance photo dans le centre-ville, mêlant tradition scandinave et modernité avec goût, c’est le moment de prendre la route et d’apprécier la souplesse et la réactivité du TDI mêlé à la boîte mécanique. Coupleux, onctueux, aidé par une boîte bien étagée, cette motorisation s’est montrée plus qu’agréable en ville et sur la route. Dans le tournant, l’auto fait preuve de bonne volonté mais ne cache pas ses réglages confort. Ça reste toutefois très sain et les appuis sont pris sans arrière-pensées. Petit stop sur une aire de repos où, surprise, se trouve une balance à poids-lourds. Bonne idée non ? Nous sommes en compagnie d’un autre duo essayant la Superb équipée du 1.4 TSI 150ch ACT. C’est le moment de comparer ! La Superb TDI 150 est pesée à 1560 kg tandis que la TSI 150 affiche 100 kg de moins ! Des valeurs impressionnantes pour une berline de presque 5m de long. Pour info, une BMW Série 5 ne pèse pas loin de 1900 kg.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/1″][cq_vc_gallery images= »8727,8726,8719,8718,8717,8725,8724,8720,8728,8729,8730,8731,8734,8761,8760,8759,8758,8721″ onclick= »link_image » custom_links_target= »_self » itemwidth= »235″ offset= »4″ outeroffset= »0″ minwidth= »240″][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/1″][vc_column_text]

En parlant du TSI 150 ACT, nous en avons profité pour faire un marché et le subtiliser pour la boucle finale de notre périple qui nous ramènera à Copenhague via Malmô (ou Zlatan city), le Turning Torso, gigantesque tour d’habitation qui fait face au Danemark, et que l’on distinguera toujours en empruntant le magnifique et très long (16 km) pont Oresund, qui relie les deux pays. La grosse surprise de ce 1.4L TSI est la consomation. Grâce à la désactivation de deux des 4 cylindres (imperceptible) lorsqu’ils ne sont pas sollicités, nous n’avons consommé que 6,5 litres aux 100 en prenant tout de même du plaisir car le moulin est plus que volontaire et offre des performances très honnêtes compte tenu du gabarit de l’auto. Je l’ai même trouvé plus agréable que les TDI en raison de son allonge et de sa disponibilité impressionnantes pour sa cylindrée.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/1″][vc_column_text]

Bilan 

Honnête. C’est d’ailleurs à mon avis ce qui caractérise le plus cette nouvelle Superb. Avec des tarifs allant de 23 790 à 39 190€ hors options, elle se positionne comme un des meilleurs rapports prix/prestations du segment. Elle ajoute désormais un potentiel de séduction certain et des technologies de pointe. Qu’on se le dise, Skoda frappe fort avec cette nouvelle Superb et s’apprête à venir jouer l’empêcheur de tourner en rond dans une catégorie ultra-concurrentielle. En ce qui me concerne, autant que les contrées visitées, toutes plus belles honnêtes et respectueuses les unes que les autres, la berline a séduit et surtout impressionné mon cœur de françois/raleur blasé et le Combi, aperçu à Francfort la semaine dernière n’a fait que confirmer cette impression. Ce Combi, stylé et bien conçu, ne réclame qu’un surcoût de 1100€ ! A bon entendeur …[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/1″][cq_vc_gallery images= »8765,8742,8744,8743,8741,8740,8739,8736,8735,8734,8733,8732″ onclick= »link_image » custom_links_target= »_self » itemwidth= »235″ offset= »4″ outeroffset= »0″ minwidth= »240″][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/1″][vc_column_text]La Passion :

  • Ligne réussie
  • habitabilité
  • Confort / Equipements

La Raison :

  • Certains plastics durs
  • Tableau de bord trop classic
  • TDI 4×4 DSG lisse

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/1″][vc_text_separator title= »TICHE TEHNIQUE TDI 190 DSG 4×4″ title_align= »separator_align_center » color= »black »][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/1″][vc_column_text]Dimensions (Longueur/Largeur/hauteur) : 4,86 m / 1,86 m / 1,47 m

Moteur : 4 cylindres en ligne turbo diesel

Puissance maxi : 190ch à 3500 tr/min

Couple Maxi : 400Nm à 1750 tr/min

Transmission : 4 roues motrices / Boîte auto 6 rapports

Poids à vide (Constructeur) : 1615 kg

Rapport poids/puissance : 8,5 kg/ch

Vitesse maxi : 230 km/h

0 à 100 km/h : 7,6s

Conso mixte annoncée : 4,9L/100 km

CO2 (g/Km) : 131

Roues : 235/45/18

Tarif : A partir de 39 190€ (Laurin & Klement). Modèle essayé 44 690€[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/1″][vc_text_separator title= »LA CONFIG’ DU BILLET AUTO » title_align= »separator_align_center » color= »black »][vc_column_text]La Skoda Superb du Billet serait une TSI 280ch Beige Cappuccino et équipée des jantes optionnelles de 19″ et de la sellerie brune. Avec les options qui vont bien comme l’ACC, le SmartLink et quelques bricoles, on est à un tout petit peu plus de 48 000€. Très raisonnable compte tenu des prestations de l’engin, cependant, certaines options à 50€ peuvent paraître mesquines.

Configurez la vôtre ici[/vc_column_text][cq_vc_gallery images= »8779,8780,8781″ onclick= »link_image » custom_links_target= »_self » itemwidth= »235″ offset= »4″ outeroffset= »0″ minwidth= »240″][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/1″][vc_text_separator title= »TOUTES LES PHOTOS » title_align= »separator_align_center » color= »black »][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/1″][cq_vc_gallery images= »8772,8771,8738,8737,8736,8735,8746,8745,8740,8739,8713,8719,8718,8717,8698,8699,8702,8765,8763,8762,8757,8761,8760,8759,8758,8756,8755,8754,8753,8752,8751,8750,8749,8748,8747,8744,8743,8742,8741,8734,8733,8732,8731,8730,8729,8728,8727,8726,8725,8724,8723,8722,8721,8720,8716,8715,8714,8712,8711,8710,8709,8708,8707,8706,8705,8704,8703,8701,8700,8696,8766,8768″ onclick= »link_image » custom_links_target= »_self » itemwidth= »235″ offset= »4″ outeroffset= »0″ minwidth= »240″][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/1″][vc_column_text]Texte : Jean-Baptiste Dessort

Photos : JB Dessort / Thomas W[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

0