[vc_row][vc_column][vc_column_text]

A l’occasion d’une exposition au Rendez-Vous Toyota, le showroom de la firme japonaise sur les Champs Elysées, nous avons pu approcher une Toyota 2000 GT la belle rareté nippone que l’on a pu contempler avec passion.

Cette Toyota 2000 GT et moi c’est une grande histoire, elle fait partie des anciennes que je porte dans mon cœur et donc cette exposition fut vraiment pour moi l’occasion de la rencontrer en vrai car malgré les nombreuses années d’adulation, c’était ma grande première.

Faut dire que le modèle produit de 1967 à 1970 n’a été vendu qu’à 351 exemplaires à travers le monde, donc c’est une voiture assez rare et plutôt chère ( il est fréquent qu’un modèle dépasse le 1 000 000€ lors d’une vente). Côté moteur on retrouve un 6 cylindres en ligne de 2,0L pour 150 ch distillés aux roues arrières grâce à une boîte manuelle à 5 rapports (très bon pour l’époque). Les performances sont plutôt modestes avec le 0 à 100 km/h établit en 9 secondes, la Vmax réelle atteint les 220 km/h mais cela ne l’empêchera pas de battre divers records de vitesse ainsi que de participer à différentes compétitions automobiles et de gagner des titres notamment en endurance sur les tracés japonais de Suzuka et Fuji. 

Petit gabarit avec ses 4,17 m de long et son poids plutôt léger de 1120 kg, il n’y a eu que des carrosseries coupés de produites, pas de cabriolet (sauf 2 modèles dérivés du coupé avec diverses modification pour les besoins d’un célèbre film dans lequel un certain 007 est la vedette et qui s’intitule « On ne vit que deux fois »). L’habitacle quand à lui n’est pas en reste avec de la boiserie sur la console centrale et le volant (bois des pianos de chez Yamaha),  sièges baquets en simili cuir, instrumentation complète cerclée de chrome, une radio moderne pour l’époque ainsi qu’une montre chronomètre et pour finir, ce qui ravira les fumeurs, c’est le cendrier avec allume-cigare dans chaque portière.

Quand on la regarde attentivement on sent bien que les influences des modèles phares de l’époque, comme la Jaguar Type E ou encore la Lotus Elan ou bien la Triumph TR2, ont vraiment servis dans la conception. Toyota a fait une phase 2 de la 2000 GT, à partir de 1969 pour essayer de faire décoller les ventes moribondes mais sans succès avec seulement 9 exemplaires construits. Ce modèle est équipé d’un 2,3L mais n’a plus qu’un arbre à came et perd 10 ch, des modifications sont apportées à la carrosserie avec une prise d’air sous la calandre et les rétros quittent le capot pour se placer sur la seul portière conducteur. L’intérieur reçoit ses petites améliorations avec des appuie-têtes sur les sièges, la climatisation et en option un boîte automatique à 3 rapports (qui fût très peu répendue).

Si vous voulez voir la belle et bien d’autres trésors dont une Supra (la nostalgie du premier Gran Turismo m’a envahie) c’est jusqu’au 11 juillet au Showroom Toyota des Champs Elysées.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_text_separator title= »LES PHOTOS »][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_media_grid grid_id= »vc_gid:1462567110317-3d5d9b74-532e-4″ include= »14522,14521,14520,14513,14514,14515,14516,14517,14518,14519″][/vc_column][/vc_row]

0